« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La paix et la guerre dans les médias en Colombie

Conférence de Maurice Lemoine et Yezid Arteta, le 7 décembre à Paris
Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  Brésil : après le coup

Brésil : après le coup

Par Pierre Beaudet  |  25 mai 2016     →    Version imprimable de cet article Imprimer

La présidente Dilma Rousseff maintenant suspendue de ses fonctions, la crise politique brésilienne va probablement s’étendre sur plusieurs mois. Cette situation dramatique résulte de plusieurs facteurs.

L’économie en panne

Depuis 2002, le Brésil a connu une assez bonne période du point de vue économique. Le gouvernement de Lula (2002-2010) était stable. L’économie a connu une embellie, essentiellement à cause de l’augmentation des prix des matières premières dont le Brésil est un grand exportateur. Grâce à ses programmes sociaux, le gouvernement disposait également d’une importante base d’appui parmi les couches populaires. Divers grands travaux ont été entrepris. Les institutions scolaires post-secondaires ont connu un afflux d’étudiant-es. En Amérique du sud et même dans le monde, la politique extérieure activiste faisait du Brésil un chef de file des pays du sud. C’est tout cet édifice qui a commencé à se fissurer depuis quelques années, en bonne partie dans le ressac des prix des matières premières. Choisissant le chemin de l’austérité pour faire face au déclin des revenus, le gouvernement de Dilma a sabré dans plusieurs programmes sociaux pendant que les coûts de certains services (transport) et du logement explosaient. C’était difficilement acceptable pour une grande partie de la population dans un pays qui compte parmi les plus inégalitaires au monde. En 2015, il est devenu clair que le Brésil entrait dans une période de déclin prolongée.

Un système politique dysfonctionnel

 La démocratie brésilienne est relativement jeune, le pays ayant vécu plusieurs régimes militaires jusque dans les années 1980. L’obtention du droit de votes pour tous, arrachée par de grandes manifestations, ne s’est cependant pas accompagnée d’une réforme de la Constitution, ce qui aurait permis de réparer un système politique totalement non fonctionnel, manipulé par des clans familiaux et des grands médias (qui appartiennent au même 1%). Par exemple, le financement des partis n’a jamais été réformé de manière à assurer transparence et équité. Les partis traditionnels de droite, le Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB) et le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), sont restés attachés à cet héritage. Cependant le Parti des travailleurs (PT), qui avait pourtant promis de nettoyer les écuries, n’a jamais été en mesure de le faire, en partie parce qu’il ne dispose pas de la majorité au Congrès. Sous la présidence de Lula, on a donc dû s’accommoder d’un fonctionnement basé sur les prébendes, la corruption et les échanges de faveur. Pour faire adopter des projets de loi, le gouvernement a fait comme ses prédécesseurs en achetant, littéralement, les votes des parlementaires. Ce système de paiements clandestins (mensalão) s’est ajouté à d’autres pratiques nébuleuses, notamment dans l’allocation des contrats publics, la répartition des postes et de manière générale la corruption généralisée pratiquée depuis des décennies par la quasi-totalité de la classe politique. Sans être aussi corrompu que ses adversaires de droite, le PT a été incapable de se dégager de ce système dans lequel plusieurs de ses responsables se sont eux-mêmes engouffrés.

L’offensive de la droite

Avec la « Lava Jato » – (« Lavage express », scandale impliquant des responsables du gouvernement dans l’échange de sommes d’argent pour l’obtention de contrats publics), la droite a pensé que le moment était venu de déclencher une grande offensive. Elle s’est alors appuyée sur des mouvements anti PT comme Vem Pra Rua et Movimento Brasil Livre, issus principalement des classes moyennes, qui ont organisé d’importantes manifestations, avec l’appui des puissantes Églises évangéliques, dont l’influence est importante sur le PMDB et plusieurs autres partis. L’opinion est révoltée, à juste titre, sur l’ampleur de la corruption qui affecte l’ensemble de la classe politique, y compris le PT. Dans cette saga qui continue, le centre de gravité s’est déplacé de la scène politique vers l’institution judiciaire. A l’heure actuelle, 316 politiciens sont visés par l’enquête. Dans le contexte de la perte de crédibilité des acteurs politiques, les magistrats apparaissent au-dessus de la mêlée aux yeux de la population. Mais on ne peut être certains jusqu’où l’impartialité des tribunaux peut tenir le coup. Il ne va pas sans dire que la grande majorité des magistrats et des juges viennent de la même élite qui occupe le dispositif du pouvoir à tous les niveaux.

L’inévitable confrontation

La confrontation actuelle va sans doute continuer longtemps. Michel Temer (président du PMDB) est désormais le président par intérim du pays, peut-être jusqu’aux prochaines élections de 2018 en fonction de l’issue de la procédure de destitution activée contre Dilma Rousseff au Sénat. Mais il est également accusé, comme plusieurs de ses collègues, de malversations diverses. Du côté de la droite, des signaux semblent indiquer la possibilité d’une radicalisation. On parle de la nécessité d’« éradiquer » le PT et surtout les mouvements sociaux qui l’ont appuyé, notamment les syndicats et le puissant Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST). Du côté de la gauche, le désarroi se mêle à la colère. Les mouvements sociaux s’opposent à ce qui est de facto un coup d’état constitutionnel, puisque le retour éventuel de la droite au pouvoir pourrait signifier une grande offensive contre les acquis sociaux, et peut-être même la criminalisation de la dissidence et de l’action sociale, comme cela était la norme avant l’élection de Lula en 2002. D’autre part, ces mêmes mouvements sont dans une posture inconfortable. Ils réclamaient sous Lula et Dilma un changement de politique ainsi que des pratiques vigoureuses pour assainir la gestion publique.

Tuer l’espoir

Il est encore tôt pour prédire si le PT pourra se « réinventer » ou s’il faudra ériger d’autres projets politiques répondant aux attentes de la majorité populaire, mais cela risque de prendre passablement de temps.Au-delà de ses graves erreurs, le PT a représenté l’espoir de changement. On peut donc dire que l’objectif de la droite en renversant constitutionnellement la présidente est en fait de détruire cet espoir.

 

Illustration : Ninja

tag Mots-clés : 




APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :