« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La gauche face aux enjeux de l’extractivisme

Colloque le lundi 3 octobre 2016, de 9 h 30 à 17 h 30 à l’Assemblée nationale
Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  Ignacio Ramonet, invité de la semaine (26-30 avril) de l’Humanité  ›  Comment sauver la presse écrite ?

Comment sauver la presse écrite ?

Par Ignacio Ramonet  |  29 avril 2010     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Article publié sur le de l’Humanité

Dimanche dernier, Bill Keller, directeur du New York Times, est revenu sur la crise de la presse écrite en se demandant si "le pouvoir démocratisant d’Internet ne rend pas obsolètes les formes et les valeurs traditionnelles du journalisme". La question se pose partout dans le monde. Aux Etats-Unis, quelque 120 journaux ont disparu ces deux dernières années, et plus de 21 000 emplois ont été supprimés dans la presse. L’onde de choc atteint l’Europe où, depuis janvier 2008, des milliers de journalistes ont été remerciés.

La presse quotidienne payante recherche des idées pour survivre. Certains considèrent que ce modèle d’information est désormais dépassé. Depuis l’arrivée d’Internet, son cycle serait terminé. C’est sans doute exagéré. Car la presse connaissait déjà des problèmes structurels : marchandisation de l’information, dépendance de la publicité, multiplication de "fausses infos", perte de crédibilité, baisse des ventes, concurrence des gratuits, vieillissement du lectorat...

Paradoxalement les journaux n’ont jamais eu autant d’audience. Grâce à Internet. Mais les relations entre la presse et le web restent malheureuses. Parce qu’il s’établit une injustice quand on oblige le lecteur du support papier, qui achète le journal en kiosque ou par abonnement, à subventionner le lecteur sur écran qui lit gratuitement l’édition numérique. Et aussi, parce que la publicité dans la version web, moins chère que dans la version papier, rapporte peu.

D’autre part, l’obsession du modèle numérique pour l’immédiateté conduit à multiplier les erreurs. L’appel démagogique au "lecteur journaliste", incitant celui-ci à mettre sur le site du journal son blog, ses photos ou ses vidéos, augmente le risque de diffuser de fausses nouvelles. Et de confondre rumeurs et faits vérifiés.

Or le droit à une information fiable et de qualité reste un enjeu plus important que jamais. Pour chaque citoyen et pour la démocratie.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :