« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

Feedback
Accueil du site  ›  Les "Commentaires" d’Immanuel Wallerstein  ›  Elections américaines de 2018 : mobiliser les enthousiasmes

Commentaire n° 453, 15 juillet 2017

Elections américaines de 2018 : mobiliser les enthousiasmes

Par Immanuel Wallerstein  |  26 juillet 2017     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Si on reconsidère les élections présidentielles américaines de 2016, il y a sans conteste une raison très simple qui explique pourquoi Donald Trump a battu Hillary Clinton. Ceux qu’on a appelé le noyau dur des partisans de Trump étaient exaltés par la possibilité qu’il puisse gagner. Ils étaient enthousiastes. Ils ont fait une campagne vigoureuse. Ils se sont assurés que leurs électeurs allaient voter. Ils ont fait pression sur d’autres Républicains et Indépendants (et même sur certains Démocrates), pour qu’ils travaillent pour Trump, même s’ils avaient des réserves.

L’histoire d’Hillary Clinton a été tout à fait différente. Son noyau dur était moins déterminé et a travaillé avec beaucoup moins d’acharnement. Beaucoup de ses électeurs acquis ou potentiels ont soutenu sa candidature uniquement parce qu’ils étaient contre Trump. L’enthousiasme n’était pas au rendez-vous, et cela se voyait. Même s’ils ont voté pour elle, ils ont dépensé beaucoup moins d’énergie que leurs adversaires pour mobiliser d’autres électeurs. Ils ont moins fait pression sur les électeurs potentiels. Ils étaient sûrs de gagner et pouvaient donc se permettre de moins se mobiliser.

Si on examine la situation politique en ce mois de juillet 2017, on constate qu’il y a eu basculement significatif des enthousiasmes. Le noyau dur des partisans de Donald Trump ressemble aujourd’hui à celui des partisans de Hillary Clinton en 2016. Ils soutiennent Trump parce qu’ils sont contre les Démocrates. Nancy Pelosi [1] symbolise pour eux la force du mal.

 Ils sont « déçus » par Trump. Il n’a pas tenu ses promesses. Il est entouré de membres de l’équipe Goldman Sachs qu’il dénonçait auparavant. Son taux d’opinions favorables, déjà bas au début de son mandat, a continué à baisser, même parmi le noyau dur de ses partisans. Ils soutiennent encore Trump parce que l’autre camp paraît bien pire. Mais ils traînent un peu les pieds. Ils font moins de prosélytisme. Ils font moins campagne. Ils font moins pression sur les amis ou la famille. Ils font moins d’efforts pour convaincre les électeurs de voter.

Du côté des Démocrates, c’est le contraire qui se passe. Ils subodorent une possibilité de gagner. Ils n’ont jamais été aussi unis dans leur refus de soutenir les propositions des Républicains. Tandis que les sénateurs républicains s’acharnent à essayer d’obtenir un soutien à peu près unanime de leur camp à leurs propositions, les démocrates attendent (confortablement assis) que ça se passe et les laissent se battre entre eux. Ils s’organisent localement et au niveau des États.

Même si sur le papier, cette élection semble imperdable pour les Républicains, des analyses proposées par des blogueurs circulent depuis deux mois qui mettent en avant la possibilité pour les Démocrates de regagner le Sénat et même la Chambre des Représentants. C’est une possibilité, pas une certitude, mais cette simple possibilité semblait encore totalement chimérique il n’y a pas si longtemps encore.

Il est certain que les Démocrates sont divisés sur une question majeure : leur stratégie électorale. La question est très claire. Doivent-ils mettre en avant des candidats qui sont « centristes » au motif qu’ils vont attirer les voix de cet électorat que les Républicains semblent être en train de perdre ? Où doivent-ils se positionner plus à gauche – mettre en avant quelqu’un comme Bernie Sanders [2] ou Elizabeth Warren [3] – au motif que cela va mobiliser un plus large électorat de gauche ? En bref, doivent-ils ou non miser sur une mobilisation des enthousiasmes ?

Les Démocrates sont en débat sur cette question. Mais le camp qui défend un programme de gauche s’est notoirement renforcé. En 2016, l’électorat, toutes tendances confondues, avait opéré un virage à droite. Est-ce qu’il opèrera cette fois un virage à gauche en 2018 ? On ne peut pas encore le dire. Mais cela dépend de la capacité à mobiliser les enthousiasmes.

Supposons maintenant que les Démocrates se situent clairement à gauche en 2018 et reconquièrent alors réellement la majorité dans les deux chambres du Congrès et remportent quelques élections aux postes de gouverneurs [4]. Est-ce que ce sera la « révolution » ? En aucun cas. Mais cela signifiera de meilleures décisions à court terme qui auront pour effet, comme je me plais à le dire, d’« alléger les souffrances » des couches les plus pauvres de la population. C’est donc un plus à court terme. La bataille à moyen terme visant à bâtir le monde que nous voulons pour remplacer le système capitaliste en crise dans lequel nous vivons reste encore à mener. Néanmoins, l’expérience en matière d’organisation que gagneront les Démocrates dans une bataille axée à gauche en 2018 renforcera les compétences de ceux qui sont prêts à affronter la plus grande bataille à moyen terme.

Les six mois qui viennent devraient être très intéressants à observer si on ne perd pas de vue notre objectif, redynamiser la gauche et ne pas oublier la bataille beaucoup plus importante que nous aurons à mener après 2018.

 

NDT. En 2018 auront lieu les élections de « mi-mandat » : élections législatives fédérales et des États, qui se déroulent tous les deux ans (en même temps que l’élection présidentielle et deux ans plus tard : « midterm election »). Il s’agira :

  • d’élire la chambre des Représentants (435 sièges), renouvelable en totalité tous les 2 ans au suffrage universel direct (scrutin majoritaire uninominal à un tour), ainsi que les chambres législatives des États (également renouvelables tous les 2 ans, selon le même mode de scrutin, sauf pour l’État de Louisiane : scrutin à 2 tours)
  • et une partie du Sénat des États-Unis (100 sénateurs, 2 par État, élus pour 6 ans et renouvelables par tiers tous les deux ans), ainsi que des sénats des États (les sénateurs sont en général élus pour 4 ans et renouvelables par fraction ou en totalité, selon la constitution de l’État) lors des élections bisannuelles, selon le même mode de scrutin que pour les assemblées législatives.

Actuellement la chambre des Représentants compte : 197 Démocrates +3 (sans droit de vote) et 2 Indépendants (sans droit de vote affiliés aux démocrates), et les Républicains 241 + 2 sans droit de vote. Le Sénat compte 46 Démocrates et 2 Indépendants (dont Bernie Sanders) rattachés aux Démocrates et 52 Républicains : il pourrait donc changer de majorité.

 

Traduction : Mireille Azzoug

© Immanuel Wallerstein, distribué par Agence Global. Pour tous droits et autorisations, y compris de traduction et de mise en ligne sur des sites non commerciaux, contacter : rights@agenceglobal.com1.336.686.9002 ou 1.336.286.6606. Le téléchargement ou l’envoi électronique ou par courriel à des tiers sont autorisés pourvu que le texte reste intact et que la note relative au copyright soit conservée. Pour contacter l’auteur, écrire à : immanuel.wallerstein@yale.edu.

Ces commentaires, bimensuels, sont des réflexions consacrées à l’analyse de la scène mondiale contemporaine vue dans une perspective de long terme et non de court terme.

Notes

[1] NDT. Membre du Parti démocrate, Nancy Pelosi (77 ans, troisième fortune la plus élevée du Congrès) est élue de l’État de Californie à la Chambre des Représentants, sans interruption depuis 1987 avec des scores exceptionnels (autour de 80%). Chef du groupe démocrate, elle fut en 2006 présidente de la Chambre (à majorité démocrate). Elle défend des idées progressistes quoique libérales.
Source : https://en.wikipedia.org/wiki/Nancy_Pelosi (site en anglais).

[2] Bernie Sanders, Indépendant affilié aux Démocrates, ancien élu à la chambre des Représentants (de 1991 à 2007) et sénateur depuis 2007, se positionne comme « socialiste » et est proche l’aile la plus à gauche du Parti démocrate. Il prône des réformes sociales radicales, s’oppose à l’empire médiatique et est favorable, entre autres, à l’abolition de la peine de mort, à la lutte contre le réchauffement climatique, au mariage homosexuel et au droit à l’avortement. Il a été candidat, battu par Hilary Clinton, aux primaires présidentielles démocrates.
Voir Thomas Frank, « Le tir groupé (des médias) contre Bernie Sanders », Le Monde diplomatique, décembre 2016.

[3] Elizabeth Warren, professeur de droit à l’université Harvard, est membre du Parti démocrate et sénatrice depuis 2013. Elle est l’un des chefs de file de l’aile gauche du parti démocrate. Promotrice du bureau de protection des consommateurs, elle défend une régulation des marchés financiers et de l’industrie bancaire (https://fr.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Warren ).

[4] Voir l’encadré





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES








Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :