« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

APRES LA DESTITUTION DE DILMA ROUSSEFF

Brésil brisé, qu’adviendra-t-il ?

Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  José Dirceu : « Je ne me tairai pas ! »

APRÈS LA SENTENCE DU TRIBUNAL SUPRÊME BRÉSILIEN

José Dirceu :
« Je ne me tairai pas ! »

Par José Dirceu  |  16 novembre 2012     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Dans une lettre ouverte rendue publique le 13 novembre, José Dirceu, ancien ministre de la Maison civile de Lula (équivalent de secrétaire général de la présidence), rejette fermement la condamnation prononcée contre lui, le 12 novembre, par le Tribunal suprême fédéral brésilien, à 10 ans et 10 mois de prison dans le procès du "mensalão" (« grosse indemnité mensuelle »).

J’ai consacré ma vie au Brésil, à la lutte pour la démocratie et au Parti des travailleurs (PT). A l’époque de la dictature, lorsque nous étions en lutte au péril de notre vie, j’ai été arrêté et condamné. Banni du pays, j’ai été déchu de ma nationalité, mais j’ai continué de lutter et je suis rentré clandestinement au Brésil plus tard afin de poursuivre notre combat.

Une fois la démocratie reconquise, je n’ai jamais fait l’objet d’enquêtes ou de poursuites de la justice. Je suis entré et sorti du gouvernement sans aucun patrimoine. Je n’ai jamais commis un quelconque acte illicite ou illégal en tant que dirigeant du PT, en tant que parlementaire ou ministre d’Etat. J’ai été destitué par la Chambre des députés et je viens d’être condamné par le Tribunal suprême fédéral (TFS) sans preuves, parce que je suis innocent.

La peine de 10 ans et 10 mois de prison que le Tribunal vient de m’infliger ne fait qu’aggraver l’infamie et l’ignominie d’un processus qui a eu recours à des artifices juridiques violant ouvertement notre Constitution et l’Etat de droit (http://www.medelu.org/Une-justice-politique-au-Bresil).

Ce jugement a été rendu sous la pression des médias et de manière à coïncider avec la période électorale récente, dans le vain espoir de vaincre le PT et ses candidats. Mais cette affaire n’est pas terminée. Non seulement parce que nous avons droit aux recours prévus par la législation, mais aussi parce que nous avons le droit sacré de prouver notre innocence.

Je ne me tairai pas et je n’accepte pas l’injuste sentence qui m’a été infligée. Je lutterai, même si je dois purger ma peine. Je dois cela à tous ceux qui m’ont fait confiance et qui ont combattu à mes côtés durant ces 45 dernières années, à tous ceux qui m’ont soutenu et m’ont manifesté leur solidarité, qui sont convaincus de mon innocence et qui partagent avec moi les mêmes idéaux et les mêmes rêves.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :