« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

APRES LA DESTITUTION DE DILMA ROUSSEFF

Brésil brisé, qu’adviendra-t-il ?

Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  Le calvaire des Marocains chrétiens

Le calvaire des Marocains chrétiens

Par Ali Amar  |  23 avril 2011     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Répression, rejet, insultes et même violences poussent les Marocains chrétiens à la clandestinité. Si l’islam est religion officielle au Maroc, la liberté de culte est pourtant garantie par la Constitution.

 

« Un crucifix spartiate et des psaumes accrochés au mur, un intérieur cossu mais sans fioritures, ce néoprotestant, Marocain de souche, assume pleinement son identité religieuse », racontait il y a quelques années Le Journal Hebdomadaire, dans un reportage sur ces Marocains qui se convertissent au christianisme. Un coming out rarissime, tant cette communauté bourgeonnante est contrainte de vivre sa foi dans le secret pour fuir l’opprobre d’une société qui condamne fermement l’apostasie. 

« La voiture de la police est en bas de chez moi. Ils sont prêts à me suivre à chaque déplacement. » « Des policiers ont perquisitionné mon domicile, ils ont confisqué ma bible ! »

Ces témoignages de Marocains chrétiens régulièrement relatés par la presse prouvent à quel point évoquer sa foi chrétienne lorsque l’on est Marocain et né musulman peut mener à la case prison.

Difficile de savoir combien il y a de Marocains chrétiens. Ils seraient un bon millier, selon le Conseil œcuménique, et près de 50.000, selon un rapport parlementaire. Selon la World Christian Database, centre d’étude du christianisme dans le monde, il s’agirait de la religion dont le taux de croissance est le plus élevé au Maroc. Un fait corroboré par une enquête réalisée en 2005 sous l’égide de la Direction des affaires générales du ministère de l’Intérieur, qui a estimé que 7.000 Marocains se seraient convertis au christianisme depuis la fin des années 1990. Ils seraient pour partie originaires du Moyen Atlas, une région historiquement sillonnée par les missionnaires, qui n’hésitent pas à alimenter un repli identitaire berbère contre« l’envahisseur arabe et musulman ».

D’autres sont issus de la classe moyenne citadine acculturée à un mode de vie occidental qu’ils veulent forcément judéo-chrétien. Certains cèdent aux sirènes des Eglises par simple opportunisme, pour obtenir un visa pour les Etats-Unis ou l’Europe par exemple. D’autres sont des enfants d’immigrés revenus vivre au pays ou dont les parents avaient été convertis sous le protectorat français.

Une communauté qui vit l’anathème et l’exclusion

Dans le milieu des années 1970, le régime marocain avait mené une répression féroce contre les convertis. A l’époque, Hassan II, qui menait une guerre sans merci contre la gauche radicale, avait favorisé un islamisme rampant qui ne pouvait s’accommoder d’un tel phénomène de société. La fermeture d’un temple protestant à Casablanca où ils avaient l’habitude de se recueillir les a poussés à la clandestinité et à un sectarisme dans lequel ils se complaisent, associant leur situation d’opprimés à l’imaginaire des premiers chrétiens de la Rome antique.

Condamnation et anathème sont les mots d’ordre vis-à-vis des convertis. « Les Marocains chrétiens n’ont pas droit de cité dans leur propre pays. Ils sont considérés comme des traîtres par les autorités et la population, qui les soumet à toutes sortes de pressions : insultes, crachats… Les familles sont même incitées à chasser ceux de leurs membres qui sont chrétiens », témoigne Michael Païta, de l’association humanitaire chrétienne La Gerbe, qui milite pour leur reconnaissance. Le cas d’un converti martyrisé par sa propre famille (vidéo en anglais) en est l’illustration tragique.

Les réseaux sociaux sont aussi utilisés pour les persécuter. Fait notoire, certains jeunes duMouvement du 20 février ont été attaqués pour s’être « vendus au Christ » afin de décrédibiliser leur action.

Aussi, l’inquiétude grandit dans une communauté à peine tolérée, à la condition que ses membres pratiquent leur foi dans la discrétion et s’ils ne se réunissent que par petits groupes pour prier dans des églises de maisons. Ils portent des prénoms arabo-musulmans, pourtant ils célèbrent discrètement l’office au grand dam des conservateurs et sous l’œil suspicieux de la police. Ils vivent un christianisme aux couleurs locales : chants, lectures et commentaires de la bible, projection de films chrétiens… Le tout en langue arabe ou amazighe. En somme, ce qui est souvent décrit comme un prosélytisme redoutable n’est bien souvent qu’un groupe de disciples de Jésus qui se retrouvent pour communier et exercer leur culte. Ces « églises libres » prolifèrent un peu partout au Maroc, il en existerait une dizaine par grande ville et d’autres disséminées à travers le pays.

Contraints à l’existence sectaire, les chrétiens du Maroc font preuve d’une grande cohésion communautaire. Lorsqu’ils sont en confiance, ils s’enquièrent des nouvelles des convertis des autres villes, ils se connaissent, échangent les noms de famille et les numéros de téléphone. Chaque nouvelle conversion est l’objet du plus grand soin de la part des anciens. Le phénomène pose la problématique de la limite entre le prosélytisme et le simple fait de partager sa foi.

Un prosélytisme d’un nouveau genre

Aujourd’hui, avec la multiplication de missionnaires sur le terrain et le prosélytisme d’un nouveau genre véhiculé par Internet et par les chaînes satellitaires comme Al Hayat où Brother Rachid, un pasteur marocain, fait un tabac, leur nombre progresse.

Les médias d’évangélisation permettent un prosélytisme de masse, à caractère insaisissable, qui offre la possibilité de vivre son propre univers religieux à travers les écrans de télévision plutôt qu’à travers une insertion concrète dans un cadre donné.

Grâce à cette vision nouvelle, le converti possède les outils qui lui permettent de sortir de son milieu culturel et religieux jusque-là incontesté. Contre ce phénomène universel de mobilité des croyances, les voix les plus conservatrices de la société proposent l’élaboration d’une « politique de prévention » contre l’évangélisation, à savoir une refonte des programmes scolaires afin de« renforcer le sentiment patriotique à travers les valeurs de l’arabité et de l’islam », comme le suggère le parti de l’Istiqlal qui appelle à « soutenir les associations marocaines qui œuvrent à la propagation de l’islam, ainsi que les imams, et les groupes d’études du Coran. L’Etat ne pouvant à lui seul faire face à ces tentatives de prosélytisme a besoin du soutien de la société civile pour surveiller ces activités ». A l’instar de ce qui se passe dans le reste du monde, la société marocaine n’échappe pas au phénomène de la mondialisation des croyances. La question qui se pose aujourd’hui est celle de la gestion de ce fait religieux d’autant plus inédit que le pays n’a officiellement plus abrité de communauté chrétienne autochtone depuis l’époque romaine.

Prises de court, les autorités tentent d’endiguer le phénomène de conversions à la foi de Jésus, certes marginal, mais grandissant. Surveillance et descentes policières dans les lieux de réunions religieuses, expulsions de missionnaires étrangers se multiplient. Quelques bibles ou supports audio à contenu chrétien suffisent à attester les faits. Les perquisitions réalisées sur les lieux des interpellations sont l’occasion de saisies de livres et de CD à contenu chrétien en langue arabe ou amazighe, considérés comme des pièces à conviction.

Résultat, la pression exercée sur les chrétiens marocains s’est accentuée, à tel point que certains d’entre eux, réunis au sein de l’Union mondiale des chrétiens marocains, structure non officielle, ont demandé au gouvernement de cesser « tous les types de harcèlements sécuritaires systématiques, d’arrestations, de détentions et d’inspections qui ont pour seul but d’humilier les chrétiens et de mettre la pression sur eux pour les forcer à renoncer à leurs convictions religieuses ». Ils souhaitent avant tout « la reconnaissance des chrétiens marocains, de leur droit de culte sans harcèlement ni restriction ». Enfin, ils demandent que les Marocains aient la liberté « de se convertir à la religion qu’ils veulent, y compris le christianisme ». Pour Khalid Naciri, porte-parole du gouvernement, qui dénonce un catéchisme incompatible avec la tolérance, « les pouvoirs publics ont le devoir de rester en phase avec leur opinion publique. Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer avec le feu ».

Un Marocain est musulman par défaut

L’article 6 de la Constitution marocaine stipule que « l’islam est la religion de l’Etat qui garantit à tous le libre exercice des cultes ». En d’autres termes, l’écrasante majorité des Marocains est musulmane, mais les autres religions monothéistes sont admises. Dans les faits, si la loi ne réprime pas les convertis, elle ne leur donne tout simplement pas les moyens juridiques d’exister en tant que tels. Lorsqu’il n’est pas de confession juive, un citoyen marocain est considéré comme musulman par défaut.

« Je dois garantir la liberté de culte et, je le précise, pas seulement celle des musulmans. Les trois religions, musulmane, juive et chrétienne, peuvent s’exprimer en toute liberté, sécurité et sérénité. »

Cette déclaration du roi Mohammed VI au Figaro en 2001 était pour le moins œcuménique, mais contredite dans les faits : depuis quelques années, les expulsions de prêcheurs de diverses nationalités se sont multipliées (plus de 130 personnes ont été invitées à quitter le territoire pour la seule année 2010). L’affaire de l’orphelinat d’Ain Leuh avait alors fait grand bruit.

Durant la vague répressive de 2009, 17 personnes dont une douzaine de Marocains avaient été interpellées près d’Oujda, ville frontalière avec l’Algérie, pour avoir participé à une « réunion publique non déclarée, qui s’inscrit dans le cadre d’une action visant à propager le credo évangéliste et à recruter des adeptes au sein des nationaux », précisait le communiqué du ministère de l’Intérieur sanctionnant leur arrestation. Ils étaient accusés de « porter atteinte aux valeurs religieuses du Royaume ».

Des missionnaires de l’ombre

Si le phénomène d’évangélisation a toujours existé au Maroc, essentiellement européen et d’essence catholique, la nouveauté réside depuis une dizaine d’années dans l’arrivée de missionnaires de l’ombre, protestants suisses et anglo-saxons, pour propager dans un milieu considéré comme hostile des valeurs et idéaux méconnus jusqu’ici.

L’activisme d’évangéliques, pour certains affiliés à la droite américaine la plus conservatrice, ne fait guère de doute et, selon plusieurs sources religieuses et étatiques, le Maroc compterait aujourd’hui près d’un millier de missionnaires. Ils opèrent plus ou moins secrètement dans les régions déshéritées, ainsi que dans les grandes villes. Une organisation comme Arab World Ministries, société missionnaire internationale, a pour objectif officiel « l’annonce de la Bonne Nouvelle d’un Sauveur aux musulmans du monde arabe ».

En 2005, la « caravane de l’amitié » organisée à Marrakech, en coopération avec l’ambassade américaine, a été qualifiée par la presse marocaine de « festival œcuménique déguisé ». L’événement accueillait entre autres le révérend Richard Cizik, président des Affaires gouvernementales de la National Association of Evangelicals. Par ailleurs, la visite du télévangéliste américain Josh McDowell la même année a éveillé les soupçons quant à une éventuelle rencontre avec les missionnaires en activité dans le pays.

Cette offensive messianique intervient dans un champ religieux de prime abord très homogène (une grande majorité musulmane sunnite de rite malékite et une petite minorité israélite). En réalité, la mosaïque des croyances est plus diversifiée qu’elle ne le semble. La créativité religieuse a accompagné chacune des étapes historiques du pays : inculturation des monothéismes, emprunts mutuels, syncrétismes entre croyances magico-religieuses et islam, synthèses afro-musulmanes et soufisme des zaouïas. A cela s’ajoutent de nouvelles religions qui ont fait leur percée ces dernières décennies : bahaïsme, différentes sectes de l’islamisme radical, ainsi que le chiisme qui affiche un dynamisme certain depuis que la chaîne Al Manar a fait son apparition sur les écrans, et notamment depuis le regain de popularité du Hezbollah.

Le postulat le plus récurrent est que les évangélistes investissent le terrain de l’humanitaire et choisissent leurs cibles parmi les personnes les plus démunies. Dans les faits, cette affirmation est loin d’être une règle, car les évangéliques investissent également le terrain de l’intellect et proposent un discours qui répond aux attentes spirituelles et intellectuelles des classes socioculturelles les plus élevées, qui sont souvent les plus aisées.

Les Églises officielles font profil bas

Les églises officielles, quant à elles, s’interdisent strictement le prosélytisme. Activité réprimée par la loi, elle est l’apanage d’un réseau clandestin. Celles qui sont présentes dans le pays, majoritairement catholiques, ont pour unique mission l’animation de la vie spirituelle des fidèles qui y vivent, le discours officiel veut qu’ils soient tous étrangers. Même l’Église protestante du Maroc ne s’aventure pas à faire du prosélytisme dans un contexte religieux, social et juridique très hostile à la prédication d’une autre foi que l’islam.

Dans ce contexte tendu, lors de son homélie aux fidèles réunis en mars 2010 à l’église Notre-Dame-de-Lourdes de Casablanca pour la messe chrismale de Pâques, le nonce apostolique, Mgr Antonio Sozzo, a insisté sur la ligne de conduite à tenir. L’Eglise, a-t-il souligné, ne fait pas de prosélytisme. L’ambassadeur du Vatican veut à tout prix éviter que ses ouailles soient soupçonnés d’« ébranler la foi des musulmans », un délit inscrit dans la loi marocaine et puni de six mois à trois ans de prison.

Toutefois, tout en veillant à souligner leur distance avec le phénomène d’évangélisation que connaît le pays, certains représentants des Églises officielles du Maroc avouent qu’ils vivent assez douloureusement le fait de ne pas pouvoir tendre la main à ces nouveaux chrétiens. 

Ali Amar

Source : http://www.slateafrique.com/1555/calvaire-marocains-chretiens

tag Mots-clés : 




APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :