« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La paix et la guerre dans les médias en Colombie

Conférence de Maurice Lemoine et Yezid Arteta, le 7 décembre à Paris
Feedback
Accueil du site  ›  Chroniques du mois  ›  Le laboratoire grec

Le laboratoire grec

Par Bernard Cassen  |  1er avril 2014     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Avec Le Monde diplomatique en español

Il faut faire preuve de beaucoup de naïveté pour croire que l’acharnement de la « troïka » contre la Grèce obéit uniquement à des considérations de stricte gestion des fonds européens. Quand les représentants des trois institutions qui composent cet attelage – la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et le FMI – multiplient, comme cela a été le cas ces dernières semaines, les exigences préalables pour verser au gouvernement d’Athènes la tranche de prêt de 8, 5 milliards d’euros qui lui a été promise [1], ils poursuivent implacablement une expérience de laboratoire entamée il y a six ans.

Cette expérience a une ambition de portée historique : le dynamitage de l’Etat social, fruit de décennies de luttes, d’abord dans le pays le plus vulnérable de l’Union européenne puis, de proche en proche, dans les autres pays de la « périphérie » (Espagne, Chypre, Irlande, Portugal) avant d’étendre ce projet, avec la complicité de leurs gouvernements, à certains pays du « centre », dont la France de François Hollande et de Manuel Valls. Ce projet est multidimensionnel, à la fois économique, politique et social. Le président de la BCE, Mario Draghi, ne s’en est pas caché lorsqu’il a déclaré au Wall Street Journal [2] que « le modèle social européen était mort ». Nous voilà prévenus…

Dans la mesure où le cas grec est une préfiguration de l’avenir de la plupart des pays de l’UE, et plus particulièrement de ceux de la zone euro, il convient de l’étudier en détail. Nous disposons pour cela d’un ouvrage remarquable [3] dans lequel Noëlle Burgi, chercheuse au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), donne la parole à neuf universitaires et spécialistes grecs de diverses disciplines, dont un psychologue et un psychiatre.

Il faut reconnaître que l’histoire de la Grèce – dictatures, interventions étrangères, répression de la gauche, retard de la société à se constituer en communauté politique, instrumentalisation de ce qui tient lieu d’Etat par les élites pour perpétuer leurs privilèges, clientélisme, corruption – en a fait un pays particulièrement fragile, ce qui a grandement facilité la tâche des institutions européennes et du FMI, ainsi que de leur police spécialisée, la troïka.

Les résultats des mesures de « sauvetage » de la Grèce (en fait du sauvetage des banques et de l’euro) sont bien connus : explosion de la pauvreté qui touchait 36 % de la population en 2012, baisse de 40 % du revenu des personnes ayant encore un emploi et des retraités, abandon des chômeurs à leur sort, démantèlement du droit du travail et du système de santé publique, privatisation (ou plus exactement bradage) des biens publics, etc. Moins connues, mais peut-être plus importantes à terme, sont les conséquences sur la survie même d’une société en Grèce : installation du parti néonazi Aube dorée dans le paysage politique, montée vertigineuse des addictions, transformation des sujets sociaux vulnérables en citoyens « dangereux » désormais considérés comme autant de bouches « inutiles ».

A la lecture de cet ouvrage, on mesure mieux le caractère criminel du fondamentalisme de marché qui sert de boussole aux politiques menées par Bruxelles, Francfort et Berlin avec la caution de tous les gouvernements européens. Et on s’étonne, y compris chez ceux qui les mettent en œuvre, qu’elles n’aient pas – ou pas encore – provoqué une insurrection civique généralisée. Les élections européennes du mois de mai, et en particulier le score de la coalition de la gauche radicale Syriza en Grèce, nous diront si ce calme est trompeur.

tag Mots-clés : 

Notes

[1] Le 18 mars, la troïka avait accepté le déblocage d’une petite partie de cette somme - 500 millions d’euros, afin de donner un peu d’oxygène au gouvernement du premier ministre Antonis Samaras qui craint une déroute de son parti aux prochaines élections municipales et européennes. Le 31 mars, le Parlement grec a finalement voté une loi qui reprend toutes les exigences de la troïka et ouvre la voie au versement des 8,5 milliards d’euros.

[2] Numéro daté du 23 février 2012.

[3] Noëlle Burgi, La Grande Régression. La Grèce et l’avenir de l’Europe, Le Bord de l’eau, 33310 Lormont, 260 pages, 18 euros.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :