« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

Feedback
Accueil du site  ›  Chroniques du mois  ›  Le sauveur suprême de l’Europe

Le sauveur suprême de l’Europe

Par Bernard Cassen  |  28 septembre 2012     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Avec Le Monde diplomatique en español

On n’enseigne pas les chants révolutionnaires, et en particulier L’Internationale, dans les écoles de journalisme. C’est très regrettable car le poème d’Eugène Pottier, écrit en 1871, reste d’une grande actualité. Par exemple ces deux vers auxquels tout démocrate ne peut que souscrire :
Il n’est pas de sauveurs suprêmes/

Ni Dieu, ni César, ni tribun.

Il suffit de remplacer « tribun » par « banquier » – ce qui ne dénaturera pas le message – pour montrer le caractère inquiétant du concert de louanges qui a accueilli la récente décision du président de la Banque centrale européenne (BCE) de racheter en quantité illimitée des titres de la dette souveraine des pays (notamment l’Espagne et l’Italie) auxquels les marchés financiers imposent des taux d’intérêt exorbitants.

Il ne s’agit pas ici de s’attarder sur le contenu de cette décision dont nombre d’économistes, notamment Jacques Sapir [1], ont montré le véritable objectif : imposer partout des politiques d’austérité en plaçant quelques nouveaux pays de la zone euro sous la tutelle des la « troïka » BCE/FMI/Commission européenne. La question posée est autrement plus grave : c’est celle de l’incompatibilité désormais aveuglante entre les politiques européennes et la démocratie. Les grands médias – comme l’ensemble des « élites » – ont déjà choisi leur camp : non seulement la plupart d’entre eux ne s’indignent pas de voir des pays autrefois souverains réduits au statut de républiques bananières, mais ils se félicitent que l’Europe ait enfin un patron tout-puissant, un sauveur suprême. Son nom : Mario Draghi, président de la BCE.

A la lecture de certains textes, les nostalgiques du culte de la personnalité d’avant la déstalinisation rajeuniront d’un bon quart de siècle. Témoignage, parmi beaucoup d’autres, de cette nouvelle idolâtrie, cet éditorial de l’hebdomadaire Le Point [2] : « Le seul, le vrai patron de la zone euro, c’est lui. On s’en était aperçu fin juillet quand, d’une seule phrase rassurante sur l’avenir de l’euro, il avait fait s’envoler les marchés. La crainte que l’on peut avoir, c’est que d’une autre phrase, il signe l’arrêt de mort de la monnaie unique. Sans que rien ni personne puisse s’y opposer. Super-Mario ». On a bien lu : un seul homme, qui ne s’est jamais présenté à une quelconque élection, détient entre ses mains le sort des 330 millions d’habitants de la zone euro. Et cela sans que les chefs d’Etat et de gouvernement, les présidents du Conseil européen, de la Commission, du Parlement européen et de l’Eurogroupe, ni non plus les parlements nationaux ou le Parlement européen s’en émeuvent.

Comment d’ailleurs le pourraient-ils ? Ce sont eux qui ont élaboré, voté et fait voter les traités sacralisant l’indépendance de la BCE, et qui ont ainsi placé le pouvoir financier au-dessus de la souveraineté populaire et du suffrage universel. Dans un discours qu’il avait prononcé pendant sa campagne électorale, mais qu’il a relégué aux archives depuis son élection, François Hollande avait déclaré : « Mon adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti. Il ne sera pas élu, et pourtant il gouverne. C’est le monde de la finance ». Le président de la République se trompe : en Europe, le monde de la finance a un nom et un visage, ceux de Mario Draghi, ancien dirigeant de Goldmann Sachs. Il n’est pas élu et il gouverne. Pour l’édification des citoyens qui, il y a un an, ignoraient encore tout de lui, pourquoi ne afficher son portrait dans tous les bâtiments publics européens ?

tag Mots-clés : 

Notes

[1] « Mario Draghi ou le pompier pyromane » : http://www.medelu.org/Mario-Draghi-ou-le-pompier

[2] « Draghi, notre vrai patron », tel est titre d’un éditorial de l’hebdomadaire Le Point (6 septembre 2012).





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :