« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La gauche face aux enjeux de l’extractivisme

Colloque le lundi 3 octobre 2016, de 9 h 30 à 17 h 30 à l’Assemblée nationale
Feedback

Leçons de Cochabamba

Par Ignacio Ramonet  |  29 avril 2010     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Article publié sur le de l’Humanité

Hier, aux Nations Unies, le représentant de la Bolivie a soumis au comité préparatoire de la prochaine Convention sur les changements climatiques qui se tiendra à Cancun (Mexique) en décembre, la déclaration finale du Sommet de Cochabamba intitulée "l’Accord des peuples" (cf. le site www.medelu.org).

Les médias français ont boudé cette Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique, qui s’est tenue du 20 au 22 avril. Ayant refusé de valider le faux Accord de Copenhague, le président Evo Morales avait invité les mouvements sociaux, les ONG et les scientifiques à se réunir à Cochabamba pour élaborer des propositions alternatives.

Près de 25 000 délégués de 142 pays ont répondu à son appel. Dans son intervention inaugurale, Evo Morales a réaffirmé que "le capitalisme est la cause du problème". Selon lui, un changement de modèle économique est indispensable, en raison de l’évidente contradiction entre la logique du capitalisme (croissance permanente, avidité de gains à court terme, exploitation sans limites et sans frontières) et la nécessaire austérité à adopter pour éviter le cataclysme climatique.

Deux propositions formulées par ce Sommet sont à retenir : la création d’un Tribunal international de Justice climatique (sur le modèle de la Cour internationale de Justice) pour juger les personnes, les entreprises ou les Etats accusés de crimes contre l’environnement.

Et un Référendum mondial, à réaliser le 22 avril 2011. Cinq questions seraient posées à tous les habitants de la Terre concernant, notamment, le ’’transfert des dépenses de guerre vers la défense de la planète’’, ’’l’abandon du modèle capitaliste’’ et "la limitation de la hausse des températures à 1° d’ici la fin du siècle".

Pari d’Evo Morales : bien plus que les gouvernements, ce sont les gens qui veulent vivre dans une planète différente. Ce sont donc eux qui doivent changer le monde.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :