« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La gauche face aux enjeux de l’extractivisme

Colloque le lundi 3 octobre 2016, de 9 h 30 à 17 h 30 à l’Assemblée nationale
Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  Élection présidentielle au Venezuela  ›  Les défis de l’après-7 octobre au Venezuela

Les défis de l’après-7 octobre au Venezuela

Par Franck Gaudichaud, Patrick Guillaudat  |  11 octobre 2012     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Le 7 octobre a eu lieu l’élection présidentielle vénézuélienne : Hugo Chavez remettait ainsi en jeu son mandat après 14 ans à la tête de la « révolution bolivarienne » qui a contribué à transformer ce pays sud-américain. En effet, depuis sa victoire électorale de 1998, celui qui est soutenu avec ferveur par ses millions de partisans, a impulsé un processus national populaire et progressiste, largement porté par le peuple.

La redistribution de la rente pétrolière a permis la division par deux de la pauvreté dans le pays, tout en développant des expériences de participation populaire inédites. Le gouvernement a également promu avec conviction l’idée d’une nouvelle unité latino-américaine aux forts accents anti-impérialistes. L’élection du 7 octobre avait ainsi un caractère géopolitique évident. Une défaite du candidat du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) et de ses alliés du Grand Pôle patriotique (dont le Parti communiste) aurait fortement détérioré les rapports de classes continentaux, menaçant les conquêtes sociales et démocratiques de la dernière décennie.

L’impressionnante et festive « marée rouge » qui avait envahi les avenues de Caracas le jeudi 4 octobre a constitué une incontestable démonstration de force du bolivarisme, sous les auspices du slogan : « Chavez, cœur de la patrie ». Cette ferveur existe grâce aux solides acquis de la révolution bolivarienne : baisse de la pauvreté ; alphabétisation généralisée ; accès à la santé gratuite ; mise en place de magasins subventionnés dans les quartiers populaires ; gratuité des universités bolivariennes ; nationalisation de secteurs clefs de l’économie et contrôle bancaire, etc. Autant de mesures qui sont loin du discours dominant mondial.

Face à l’hostilité permanente de l’oligarchie et des Etats-Unis, le processus bolivarien est aussi traversé par de nombreuses contradictions : bureaucratie galopante ; insécurité endémique ; consolidation d’une bourgeoisie bolivarienne ; secteur privé largement dominant, ou encore politique internationale menée au Moyen-Orient. L’omniprésence de Hugo Chavez lui-même était aussi en jeu dans ces élections, alors qu’il était apparu affaibli par un cancer.

Dès lors, l’opposition de droite, portée par la candidature de Henrique Capriles Radonski, entrepreneur et avocat, a surfé sur les faiblesses du gouvernement sortant, en tenant un discours de « centre gauche », affirmant ne pas remettre en cause les mesures sociales en vigueur. Il a réussi à mobiliser dans des meetings rassemblant des centaines de milliers de personnes. Mais, en réalité, son programme est une véritable arme de guerre ultralibérale : privatisations, liquidation des services gratuits, fin du contrôle bancaire, etc.

Si Capriles a réussi à rassembler presque 45 % des électeurs, c’est aussi parce que le camp chaviste ne l’a que peu attaqué sur le contenu, comptant souvent sur le seul charisme du président pour l’emporter. Dès lors, en ajoutant le sur-place du processus depuis près de 5 ans, rien d’étonnant à ce que Chavez passe de 63 % à la dernière présidentielle (2006) à 55 % en 2012. La polarisation politique est telle que les quatre autres candidats en lice n’ont eu aucun poids. Orlando Chirino, syndicaliste révolutionnaire et candidat du PSL (Parti Socialisme et Liberté), reste enfermé dans une candidature de témoignage avec 0,02 % des voix.

Avec cette nouvelle victoire électorale et dans la perspective des élections régionales (gouverneurs) de décembre prochain, le camp chaviste surmontera-t-il ces contradictions déterminantes pour le cours politique des six prochaines années ? Le défi pour le mouvement ouvrier et les secteurs radicaux de la gauche bolivarienne reste de construire une dynamique poussant à l’auto-organisation collective, sans attendre des décisions venues d’en haut, afin de donner un contenu politique concret aux appels au « socialisme du XXI siècle ».

Source  : CETRI, Bruxelles, http://www.cetri.be/spip.php?article2785&lang=fr

Contact  : franck.gaudichaud@u-grenoble3.fr





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :