« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

Venezuela : danger

Par Christophe Ventura
Feedback
Accueil du site  ›  Les "Commentaires" d’Immanuel Wallerstein  ›  Mouvements sociaux de gauche : quelle tactique électorale ?

Mouvements sociaux de gauche : quelle tactique électorale ?

Par Immanuel Wallerstein  |  18 décembre 2017     →    Version imprimable de cet article Imprimer

La principale difficulté pour les mouvements sociaux de gauche, c’est de définir une tactique électorale qui leur permettra de gagner à la fois dans le court terme et dans le moyen terme. A première vue, il semble que gagner dans le court terme soit conflictuel avec gagner dans le moyen terme [1].

À court terme, l’objectif premier d’un mouvement de gauche doit être de défendre les besoins urgents qui permettent la survie de tous ceux qu’on désigne comme les 99% de la population, mais plus particulièrement de ceux qui appartiennent aux couches les plus pauvres. Pour y parvenir, un tel mouvement doit prendre le contrôle des institutions de l’État à tous les niveaux. Ce qui implique de participer aux élections.

Dans tous les endroits où les institutions électorales permettent une forme de passation du pouvoir entre une équipe d’élus et une équipe d’opposition, il y a clairement nécessité pour les mouvements de gauche de gagner de telles élections. Remporter ces élections peut, toutefois, mettre à mal la capacité des mouvements de gauche à gagner la bataille de moyen terme sur le choix fondamental du type de système-s qui l’emportera dans la crise structurelle que connaît le système-monde capitaliste actuel. Le moyen d’éviter cette impasse est de ne jamais s’engager dans la politique électorale.

S’engager dans les élections a deux effets négatifs sur les mouvements sociaux de gauche. Elles les détournent de l’organisation de la bataille pour gagner le moyen terme. Et elles font perdre leurs illusions aux militants qui vivent cela comme un bradage parce qu’on leur demande de voter pour des gens qui ne s’engagent nullement à transformer le système-monde.

Y a-t-il un ensemble de tactiques électorales qui permette d’échapper à ces conséquences ? Je pense qu’il peut y en avoir un. La première chose à faire, et dans un sens la plus facile, est de mener une discussion en profondeur au sein du mouvement sur la différence entre la temporalité du court terme et celle du moyen terme, et sur la place de la tactique électorale dans cette bataille.

Le seul fait de débattre de cette question au sein du mouvement social de gauche aiderait à maintenir la cohésion du mouvement et à restaurer la confiance mutuelle. La discussion devrait porter sur les deux plus grands dangers. Dans le court terme, gagner les élections requiert d’obtenir les suffrages de nombreux électeurs qui n’ont pas le moindre intérêt à transformer le monde. Ces électeurs exigeront un prix à payer pour leur soutien.

L’ampleur du prix à payer sera variable. De même que le prix minimal que réussira à imposer le mouvement social de gauche. Chaque bataille électorale est différente.

Le second danger est celui de la déception. Là encore, chaque situation est différente. Mais la meilleure manière de combattre la déception est toujours d’éviter les illusions. Les victoires nationales ou locales doivent bien entendu être saluées. Mais elles ne doivent pas être traitées autrement que comme des victoires provisoires destinées à protéger les couches les plus pauvres.

Je crois qu’il est possible pour les mouvements sociaux de gauche de naviguer avec succès dans les hauts fonds périlleux de la politique électorale. En n’embrassant pas ou en ne refusant pas de manière définitive la politique électorale, ils peuvent s’apercevoir que gagner dans le court terme peut en réalité préparer les militants pour la bataille à moyen terme.

De cette manière, les mouvements sociaux de gauche peuvent en fait faire les deux choses à la fois : gagner les batailles à court terme et à long terme. En effet, ces deux batailles n’étant en rien conflictuelles entre elles, c’est la seule manière pour le mouvement social de gauche de remporter chacune d’elles.

 

Traduction et notes : Mireille Azzoug

Illustration : Sascha Reiterer

© Immanuel Wallerstein, distribué par Agence Global. Pour tous droits et autorisations, y compris de traduction et de mise en ligne sur des sites non commerciaux, contacter : rights@agenceglobal.com1.336.686.9002 ou 1.336.286.6606. Le téléchargement ou l’envoi électronique ou par courriel à des tiers sont autorisés pourvu que le texte reste intact et que la note relative au copyright soit conservée. Pour contacter l’auteur, écrire à : immanuel.wallerstein@yale.edu.

Ces commentaires, bimensuels, sont des réflexions consacrées à l’analyse de la scène mondiale contemporaine vue dans une perspective de long terme et non de court terme.

tag Mots-clés : 

Notes

[1] NTD : Pour Immanuel Wallerstein, la gauche radicale est confrontée à deux débats. L’un, plus tactique, qui doit définir à court terme l’action à mener pour défendre les droits et affaiblir le système capitaliste actuel – « le système monde » – par la voie de la rue et des élections. Cette voie, même si elle n’est pas forcément payante, peut constituer un tremplin pour l’étape suivante, celle du moyen terme, plus stratégique, qui vise au remplacement du système-monde capitaliste – qu’Immanuel Wallerstein analyse comme « mourant » – par un autre ou d’autres systèmes qu’on ne connaît pas encore mais que les forces de la gauche radicale, qui se développent un peu partout dans le monde, doivent par leur mobilisation contribuer à définir et à faire advenir.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES








Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :