« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La paix et la guerre dans les médias en Colombie

Conférence de Maurice Lemoine et Yezid Arteta, le 7 décembre à Paris
Feedback
Accueil du site > Lectures > Quand Simone Weil passa chez nous

Quand Simone Weil passa chez nous

Par Jean Duperray

6 octobre 2010     →    Version imprimable de cet article Imprimer

« La rencontre de Simone Weil – cette maladive et énergique jeune fille qui passa chez nous, dans la région stéphanoise, et fut des nôtres – compte parmi les plus mémorables que je dois au syndicalisme révolutionnaire. J’ai formé le projet périlleux de dire ce que fut sa vie quotidienne parmi nous pendant les trois ans où une chance insigne me permit de la connaître un peu. 
« Pour répondre à quelques-uns qui me demandaient ce que fut cette rencontre, je suis resté longtemps dans une grande perplexité, face à des documents, épars, encore aujourd’hui, devant moi, et qui ne cessaient, textes et images, de refuser de vivre que pour vivre trop intensément. »

C’est sur ces mots noués par la perte de la professeur de philosophie et par le puissant souvenir d’elle que débute le récit de Jean Duperray (1910-1993). L’instituteur engagé dans la Résistance et les luttes syndicales y raconte avec une grande pudeur le passage de Simone à Saint-Étienne (1932-1933), ainsi que l’impact de son étonnante présence et de son volontarisme farouche sur les camarades ouvriers et mineurs, dont elle forçait l’admiration et l’inquiétude. L’écrivain a réussi à la faire revivre, le temps de quelques pages de style, où se lisent l’importance qu’il accordait à ce témoignage et où se déploie une profonde émotion. 

Édition présentée par Éric Dussert.

 

« Quand Simone Weil passe chez nous », de Jean Duperray, aux Éditions Mille et une nuits, 12 euros. 

 

NOTE DE LECTURE

Volontaire, mobilisée dans les luttes syndicales, préoccupée par la montée du nazisme en Allemagne, cigarette au bec. Telle nous apparaît la philosophe et inlassable militante de la cause ouvrière Simone Weil dans ce récit vivant élaboré à partir des archives municipales de Saint-Etienne et du fond Jean Duperray.

"Elle est Gavroche ou Eponine : ces deux là qui vont mourir près des barricades". Simone Weil vécut deux ans à Saint-Etienne (1932-1933) dans la foulée de son voyage en Allemagne où elle observa le nazisme arriver aux portes du pouvoir.

Pour tous ceux qui veulent (re)découvrir la pensée, les combats et la personnalité de l’auteur deRéflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, la lecture de cet ouvrage est fortement conseillée.

Christophe Ventura





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :