« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

APRES LA DESTITUTION DE DILMA ROUSSEFF

Brésil brisé, qu’adviendra-t-il ?

Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  Quand l’Europe s’est-elle fourvoyée ?

Quand l’Europe s’est-elle fourvoyée ?

Par Emir Sader  |  20 janvier 2014     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Au début de l’œuvre maîtresse de Mario Vargas Llosa, Conversation à « La Cathédrale », un Péruvien demande à son ami : « Quand est-ce que tout a mal tourné au Pérou ?  » De l’avis général, le Pérou s’est fourvoyé. Reste à savoir depuis quand, à partir de quand, pour tenter de comprendre pourquoi, et au profit de qui.

Aujourd’hui, le même constat s’applique à l’Europe. Les diagnostics divergent : tandis que certains s’indignent de la paresse des peuples du Sud qui, corrompus par la sieste et l’air méditerranéen, vivraient au-dessus de leurs moyens – un discours que nous avons tant entendu ici en Amérique latine, et depuis si longtemps –, d’autres mettent en cause la rigidité de la banque centrale allemande (la Bundesbank) qui, via la « troïka » (Banque centrale européenne, Commission européenne, Fonds monétaire international), imposerait ses vues à l’ensemble des économies. Pour autant, les solutions proposées ne se distinguent qu’à la marge. Et, quel que soit le chemin emprunté, la pilule sera difficile à avaler, car tout le monde s’accorde sur un point : l’Europe s’est fourvoyée.

Cet état de fait a des répercussions immenses. Il s’agit d’un phénomène qui représente un recul de civilisation. L’Etat social européen fut, en effet, une construction solidaire ayant servi de modèle à l’échelle mondiale. Son démantèlement actuel implique un retour à une époque marquée par l’abandon des peuples et l’exclusion sociale, et dont le Vieux Continent s’était émancipé.

Peut-on dater le début de cette dérive ? Il remonterait peut-être au déclenchement de la Première guerre mondiale, lorsque les contradictions entre les différentes bourgeoisies - dont Lénine avait prédit qu’elles gouverneraient l’histoire du monde au début du 20e siècle - se révélèrent dramatiquement. L’Europe devint ainsi le théâtre du conflit le plus brutal que l’humanité eût connu jusqu’alors.

On pourrait également chercher ce moment lorsqu’intervint la division entre sociaux-démocrates sur la question de la guerre, lorsque la IIe Internationale renonça officiellement au pacifisme et à l’internationalisme qui l’avaient caractérisée, ouvrant ainsi des blessures qu’il serait impossible de refermer. Ou encore dans l’incapacité de l’Europe à empêcher l’émergence des différentes formes de dictatures de droite, fascistes ou nazie, puis dans cette même incapacité à les mettre en échec, nécessitant le recours à des forces extérieures.

Mais rien de tout cela ne permettrait d’expliquer le tournant actuel. Car même après tant de déchirements, les pays d’Europe occidentale avaient réussi à bâtir des Etats sociaux qui ont incarné, pendant trois décennies des constructions sociales parmi les plus généreuses jamais créées à l’échelle de l’humanité.

C’est donc plus tard que le Vieux Continent s’est engagé sur une pente fatale. Le moment charnière fut le tournant de 1983, avant même la fin de la deuxième année de gouvernement de François Mitterrand. La victoire de la gauche française en 1981, tant attendue depuis la fin de la guerre, permit d’abord au président fraîchement élu de procéder à des nationalisations, de consolider les droits sociaux et de mener une politique extérieure solidaire tournée vers le Sud.

Mais le monde avait changé. La France se trouvait confrontée au modèle idéologique et à la politique internationale imposés par Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Deux choix s’offraient alors à elle : soit nouer des alliances avec les pays de la périphérie et du Sud, en particulier ceux d’Amérique latine, en montrant la voie aux Etats les plus directement malmenés par le tournant néolibéral ; soit opérer une réorientation radicale de sa politique. C’est la seconde solution qui fut privilégiée, le gouvernement socialiste décidant de s’adapter à sa manière à la nouvelle vague néolibérale en devenant le supplétif du bloc emmené par les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Cette bifurcation, qui contribua à consolider la nouvelle hégémonie néolibérale, constitua le premier exemple d’adhésion d’un gouvernement et d’un parti social-démocrates aux modèles fondés sur l’économie de marché et le libre-échange. L’Espagne de Felipe González ne tarda pas à emprunter le même chemin, suivie par d’autres pays. Le phénomène finit par gagner l’Amérique latine, du Mexique au Venezuela en passant par le Chili ou encore le Brésil.

L’Etat social, incompatible avec les exigences du Consensus de Washington, était ainsi déjà condamné car il allait tôt ou tard subir les conséquences de cette nouvelle orientation. La construction européenne, elle aussi, fut soumise aux mêmes principes : les débats nationaux se focalisèrent sur la question de l’union économique et monétaire et de la création l’euro, preuve du caractère essentiellement monétaire de ce projet européen.

La crise de 2008 a donc frappé une Europe extrêmement fragilisée par son immersion intégrale dans le consensus néolibéral. Cela l’a empêchée de réagir comme l’ont fait les gouvernements latino-américains. Pour faire face à la situation, ces derniers se sont précisément inspirés des modèles régulateurs ayant prédominé dans le Vieux Continent au cours des « Trente glorieuses ». Et ce, afin de réagir positivement face à la crise.

Voilà comment l’Europe en est arrivée là. Et aujourd’hui, les solutions préconisées ont pour effet de détruire méthodiquement les systèmes de protection sociale, jetant de l’huile sur le feu en adoptant des remèdes néolibéraux pour juguler une crise néolibérale qui s’aggrave chaque jour un peu plus.

Source  : ALAI. http://www.alainet.org/active/70019

tag Mots-clés : 




APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :