« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La paix et la guerre dans les médias en Colombie

Conférence de Maurice Lemoine et Yezid Arteta, le 7 décembre à Paris
Feedback
Accueil du site  ›  Les chroniques médiatiques de Philippe Arnaud  ›  Tapis rouge et montée des marches à Cannes et à Rome

Tapis rouge et montée des marches à Cannes et à Rome

Par Philippe Arnaud  |  30 avril 2014     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Les remarques qui suivent portent sur le traitement, par la télévision, en l’occurrence le journal de 13 h de France 2 et celui de 19 h 30 de France 3 du 27 avril, présenté par Marie Drucker – mais je suppose que les autres chaînes ont fait des présentations similaires – des canonisations de Jean XXIII et de Jean-Paul II.

Remarque liminaire : cette interprétation est effectuée à la lumière d’un ouvrage paru en 1987 aux éditions Champ Vallon. Cet ouvrage s’intitule L’Image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme 1534-1677, par Gérard Labrot, ancien membre de l’Ecole française de Rome et, à l’époque, professeur à l’Université de Grenoble.

La thèse de l’auteur – à tous les sens du terme, car ce livre fut d’abord une thèse – est que, par les multiples constructions d’églises et travaux d’urbanisme, les papes de cette époque aménagèrent Rome comme une scène en vue du spectacle permanent qu’ils donnaient lors des jubilés, canonisations, processions, célébrations du calendrier liturgique, élections et réceptions d’hôtes de marque. Cette mise en scène, cette théâtralisation valorisait les points précisément contestés par les protestants : existence d’un clergé, hiérarchie ecclésiastique, prééminence du pape, magnificence des bâtiments, culte des saints, culte des reliques, extériorisation de la foi, exaltation des œuvres, des indulgences, etc. Et tout cela en vue de faire pièce au protestantisme - avec, il est vrai, un certain succès, notamment en France et dans le Saint Empire romain germanique.

J’interprète donc ces canonisations comme une mise en scène qui emprunte ses moyens et ses finalités au spectacle par excellence qu’est le cinéma, mais un cinéma où seraient "mis en vedette(s)" non seulement les acteurs de premier plan – les canonisés, le pape, les cardinaux, les évêques -, mais toute une communauté – ici le monde catholique. Une mise en scène effectuée par les papes du XXIe siècle dans l’esprit de leurs prédécesseurs de l’époque baroque, mais avec des moyens énormément démultipliés.

1. Les vues de la cérémonie sont scénarisées comme celles d’un film : plans larges, plans rapprochés, vues plongeantes (depuis les sommets du Vatican), mais aussi contre-plongées (depuis la place Saint-Pierre), panoramiques depuis cette place, zooms sur les portraits des papes canonisés, gros plans, plans rapprochés, plans moyens du pape régnant, de ses assistants, des officiels, de la foule. Ces diverses vues, qui changent d’une minute à l’autre, sont symboliques à plusieurs titres :

  • par leur multiplicité de points de vue (l’ensemble et le détail – ou, plutôt, les ensembles et les détails) et par leur rapide succession, elles suggèrent, certes d’infiniment loin, l’idée de ces attributs de Dieu que sont la transcendance et l’immanence ;
  • par le choix des prises de vues : les officiels (Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, le roi Juan Carlos, la reine Sophie, son épouse) sont pris en plan rapproché, et la caméra s’attarde sur eux le temps qu’on les reconnaisse. La foule des fidèles, en revanche, est prise en plan large, de loin, avec parfois balayage de la caméra, ce qui leur confère un caractère d’anonymat, et, partant, de piétaille. La hiérarchie est ainsi symbolisée : les visages des papes canonisés sont représentés par des portraits immenses ; ceux du pape actuel et des officiants occupent, en hauteur, entre le tiers et la totalité de l’écran ; ceux des officiels n’en dépassent pas un cinquième ; ceux des fidèles sont de minuscules points clairs.

2. Cette cérémonie n’est donc pas loin, par son spectaculaire, de faire penser à cette autre "cérémonie" (c’est le mot) qu’est le festival de Cannes et sa remise des prix. Il n’y manque pas même les marches, recouvertes d’un tapis rouge (comme à Cannes), que gravit le cardinal préfet de la Congrégation pour les causes des saints, à l’issue de la canonisation, comme les vedettes gravissent les marches, couvertes du tapis rouge, du Palais des festivals. On pourrait aussi dire – si l’on osait le calembour... – qu’il n’y a, entre les promus de Cannes et ceux de Rome, que la différence d’un "n", les papes étant canonisés et les acteurs ou réalisateurs "cannonisés" (comme leurs semblables sont "oscarisés" à Los Angeles).

3. Par ailleurs on sait que les acteurs célèbres sont habituellement surnommés "monstres sacrés". Mais, en un certain sens, les papes canonisés ne le sont-ils pas aussi ? Ne le sont-ils pas étymologiquement, en ce que [comme le dit le Robert historique de la langue française] le monstrum (en latin), est ce qui est l’objet du verbe monere, c’est-à-dire ce à quoi on "fait penser", ce sur quoi on "attire l’attention", d’où les dérivés "moniteur, montrer, monument" ? Or, lorsqu’on canonise un individu, que fait-on d’autre que d’ « attirer l’attention » sur lui, que d’en faire un "moniteur" ou un "monument" ? Et lorsqu’on dresse des portraits des papes de plusieurs mètres de haut, retransmis dans le monde entier par les caméras, ne les montre-t-on pas – et de quelle manière ! – ? Quant au "sacré", s’il n’est pas le synonyme de "saint", il n’en appartient pas moins au même registre sémantique.

4. Les prix, au cinéma, récompensent habituellement des acteurs - ou des genres - très différents, de façon à satisfaire tous les milieux, tous les genres et tous les publics. En distinguant deux papes différents par leur histoire, leur formation, leur caractère, leur tempérament, leur politique, n’a-t-on pas voulu satisfaire, dans les attentes du public catholique, les aspirations - simultanées et cependant non contradictoires - à la bonté (Jean XXIII) et à l’énergie (Jean-Paul II) ? Comme lorsqu’on récompense à la fois un film d’auteur et un film à grand spectacle, un réalisateur intimiste et un réalisateur de blockbusters, Ingmar Bergman et Jean-Paul Belmondo...

5. Ces canonisations n’ont pas seulement valeur spectaculaire, mais aussi spéculaire (de speculum, le miroir), en ce que c’est toute une communauté qui, par la télévision, par les écrans (géants ou familiaux), se voit en direct (ou en différé) comme dans un miroir. Ce dont, évidemment, ne pouvaient bénéficier les fidèles des XVIe et XVIIe siècles. Cette communauté - y compris celle qui n’était pas présente à Rome - peut ainsi contempler son importance, sa puissance, en considérant les drapeaux de tous les pays qui s’agitent, et la foule qui emplit la Via della Conciliazione, de la place Saint-Pierre au Tibre. Le journaliste du journal de 19 h 30 de France 3 ne s’y trompe d’ailleurs pas, lorsqu’il évoque la "démonstration de force" de l’Eglise catholique.

Une "démonstration" manifestée par le défilé, auprès du pape, des rois, présidents, premiers ministres et ministres des délégations étrangères, comme lorsque, au Moyen-Age, le pape revendiquait la primauté du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel, du Sacerdoce sur l’Empire.

6. Les athées, libres-penseurs et laïcs de stricte observance auront certainement été choqués par cette place démesurée accordée (on n’ose pas dire "consacrée"...) à une religion que ne pratiquent plus, en France, que 4,5 % des baptisés (qui ne représentent plus, eux-mêmes, que 64 % des Français). Ils auront aussi été heurtés de constater que la France (officiellement laïque) a envoyé son premier ministre la représenter à cette cérémonie. On sent toutefois les symptômes d’une déchristianisation en ce qu’il s’introduit une distance [[Cette distance, cette indifférence à l’événement sont rendues évidentes par l’absence, dès le Journal de 13 h de France 2 du lundi 28 avril, de toute allusion à la canonisation, alors que, pas plus tard que la veille, l’événement était qualifié d’"historique". Pas moins ! On ne saurait mieux montrer qu’il n’avait, aux yeux des journalistes, que le statut d’un événement folklorique.] - qui n’aurait pas existé dans les années 1950, voire, encore, jusqu’au milieu des années 1960, date du concile Vatican II - entre le commentateur et l’image.

A cette époque, il n’aurait sans doute pas été nécessaire de fournir certaines explications sur le culte ou la liturgie, alors considérées comme élémentaires pour des gens ayant fréquenté le catéchisme ou assisté régulièrement aux offices. Et la disparition du latin, dans l’enseignement comme dans la liturgie, n’a pas été un des moindres éléments de ce décalage. Les cérémonies catholiques sont vues comme des manifestations folkloriques à l’instar du carnaval de Rio (ou des danses pour la pluie de telle tribu reculée), où, pendant un certain temps, une foule de gens portent des accoutrements bizarres, parlent une langue étrange et se livrent à des pantomimes incompréhensibles. Sauf que la peuplade en question n’est pas exotique mais indigène, et qu’elle s’appelle catholique...

7. Ce sentiment de décalage, au demeurant, s’insinue de manière subliminale, après la présentation des premiers rôles, par celle des figurants (les fidèles). Ceux-ci ressemblent tout à fait au portrait type des catholiques pratiquants, caricaturés depuis les années Jean-Paul II, et qui en font un biotope particulier au sein de la sylve française :

  • jeunes gens minces, un peu asthéniques, avec col de chemise blanche rabattu sur le pull bleu marine ;
  • mères de famille (avec famille – nombreuse – associée) de 30/40 ans, cheveux sagement peignés en arrière, et lunettes dressées dans les cheveux, en lieu et place du traditionnel bandeau de velours marron, vert bouteille ou bleu marine ;
  • récents manifestants de La Manif pour tous, n’ayant même pas pris le temps d’ôter leur pull orné de la ribambelle familiale (un-papa-une-maman-des-enfants-bien-sexués) ;
  • et, bien entendu, groupes de fidèles chantant en chœur, quelquefois accompagnés de guitares, en frappant dans les mains, avec l’imperturbable niaiserie immortalisée par Patrick Bouchitey et Hélène Vincent dans La Vie est un long fleuve tranquille  : "Jé-é-sus est là-à, Jé-é-sus reviens parmi les tiens..."

 





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :