« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  Honduras 2014  ›  Trois clés pour comprendre la crise hondurienne

Trois clés pour comprendre la crise hondurienne

Par Mémoire des luttes  |  19 décembre 2013     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Le 24 novembre ont eu lieu des élections générales censées permettre aux 5,3 millions de Honduriens appartenant au corps électoral de nommer leur président, trois vice-présidents (les designados), 128 députés au Congrès national, 20 au Parlement centraméricain et 298 maires.

Dans un pays qui a connu un coup d’Etat contre M. Manuel Zelaya, le 28 juin 2009, suivi d’élections qualifiées d’illégitimes le 29 novembre 2011, car organisées par le pouvoir de facto (issu du coup) et marquées par plus de 50 % d’abstentions, cet événement retenait particulièrement l’attention et a été qualifié d’« élections les plus surveillées de l’histoire du Honduras » par nombre d’éditorialistes.

Pourtant, alors que le candidat du Parti national (PN ; droite) en a été déclaré vainqueur par le Tribunal suprême électoral (TSE), avec 36,89 % des voix, le parti Liberté et refondation (LIBRE), né de la résistance au coup d’Etat et emmené par l’épouse de M. Zelaya, Mme Xiomara Castro (28,77 %), dénonce une fraude massive et, preuves à l’appui, refuse d’en reconnaître le résultat.

A la grande satisfaction de l’oligarchie, la victoire du Parti national a été confirmée par les missions d’observation internationale du Centre Carter, de l’Union européenne (UE) et de l’Organisation des Etats américains (OEA). Toutes ont estimé que les élections ont été transparentes, ce qui, d’une certaine manière, a mis fin à tout débat (pour le moins, à l’étranger).

Il y a là de quoi s’étonner. Dans son rapport préliminaire, présenté à la presse le 26 novembre, soit deux jours après l’élection, l’UE note, entre autres remarques, que le registre électoral n’a fait l’objet d’aucune mise à jour et que « environ 30 % de ses noms correspondent à des personnes qui ont émigré ou sont mortes, tandis que dans un nombre inférieur de cas, elles sont vivantes et ont été déclarées décédées ». Quant à l’OEA, le 20 novembre, trois jours avant le scrutin, elle avait remis au TSE les résultats de l’audit effectué par ses soins sur le système informatique de transmission des résultats (Sistema integrado de escrutinio y divulgación electoral  ; Siede). Pour qui sait lire, les conclusions en étaient accablantes et confortent les accusations de LIBRE : ces essais ont mis en évidence une série de manques, d’incohérences et de failles ne permettant nullement, d’après l’OEA, d’assurer que le système était fiable.

Malgré la demande d’impugnacion (contestation) très documentée présentée par LIBRE, le TSE a refusé de procéder à un examen et à un recomptage des résultats. Cet épisode honteux, impliquant la « communauté internationale », a été totalement passé sous silence par les médias.

Pour se faire une idée plus précise des divers éléments de ce dossier, nos lecteurs hispanophones trouveront ci-dessous : l’intégralité du document d’impugnación de LIBRE présenté au TSE ; le rapport de l’OEA ; le rapport préliminaire de la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (Moe-Ue).
 

Photo : Maurice Lemoine

tag Mots-clés : 




APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :