« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La gauche face aux enjeux de l’extractivisme

Colloque le lundi 3 octobre 2016, de 9 h 30 à 17 h 30 à l’Assemblée nationale
Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  UE et Unasur : deux visions des événements au Venezuela

UE et Unasur : deux visions des événements au Venezuela

Par Christophe Ventura  |  19 avril 2013     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Une nouvelle fois, la « diplomatie » européenne a fait merveille. Dans un communiqué daté du 17 avril, Catherine Ashton, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (et vice-présidente de la Commission européenne), affirme avoir « suivi de près les événements au Venezuela qui se sont déroulés après l’élection présidentielle du dimanche 14 avril » [1].

Regrettant « la perte de vies humaines » au cours des violences qui se sont déchaînées le 15 avril à Caracas et dans le pays (8 militants chavistes tués, plus de 60 personnes blessées, destruction de lieux publics, de permanences du Parti socialiste unifié du Venezuela, de centres de santé des « missions bolivariennes »), la baronne Ashton appelle, dans la novlangue diplomatique caractéristique de l’Union européenne (UE), « les deux parties à engager un dialogue pacifique et à rejeter la violence ». La chef de la « diplomatie » européenne omet sciemment de mentionner qu’un seul camp a été victime de cette violence physique, celui de la Révolution bolivarienne. Ainsi, le lecteur ne trouvera, dans cette déclaration officielle, aucune trace de condamnation des responsables de ces violences, pourtant clairement identifiés, la « voix » de l’UE préférant se tenir à distance égale des deux parties.

Pour sa part, l’Union des nations sud-américaines (Unasur), vient, elle, de « saluer le président Nicolas Maduro pour les résultats et son élection comme président de la République bolivarienne du Venezuela » et de demander fermement « à tous les secteurs qui ont participé au processus électoral de respecter les résultats officiels de l’élection présidentielle émanant du Conseil national électoral, autorité vénézuélienne compétente en la matière ». Lors d’une réunion spéciale consacrée à la situation au Venezuela, organisée le 18 avril à Lima sur proposition du président péruvien et actuel président pro-tempore de l’Unasur, Ollanta Humala, les dirigeants des pays sud-américains ont proposé la mise en place d’une commission spéciale dont le but sera d’accompagner la justice vénézuélienne dans son travail d’identification des responsabilités [2].

Cette réunion a été saluée par le président Nicolas Maduro : «  Grand succès de la réunion de l’Unasur à Lima. Appui total au peuple et à la démocratie vénézuélienne. Merci à l’Amérique du Sud ! Je vous attends à Caracas » a-t-il commenté sur son compte Twitter.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :