« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

Feedback
Accueil du site > Lectures > Les trois premiers cahiers des "Archives du CERES" sont parus : (...)

Les trois premiers cahiers des "Archives du CERES" sont parus : commandez-les !

7 novembre 2010     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Une collection dirigée par Gaël Brustier et Jean-Paul Pagès, textes préfacés par Didier Motchane, Editions Bruno Leprince. Chaque cahier coûte 6 euros (bon de commande en pied d’article).

Archives du CERES / Cahier numéro 1 : L’esprit d’une politique industrielle

Penser une politique industrielle qui permette d’affronter les rapports de forces internationaux, tel est l’objectif du CERES. L’ouverture de l’économie rend impératif l’établissement d’une politique industrielle qui n’évoquait, quand l’économie était protégée, que l’économie de guerre ou la pénurie.

Ce troisième « Cahier du CERES », précédant de peu le « joli mois de mai » 1968, révèle l’attention que les fondateurs du Centre d’Etudes, de Recherches et d’Education Socialistes portent à la question industrielle ainsi qu’au rôle de l’Etat dans l’Economie.

Très actuel par les questionnements qui sont les siens, ce texte permet de comprendre une grande part de la logique intellectuelle de ce courant original du socialisme français que fut et que demeure à bien des égards le CERES. Construction libérale de l’Europe déjà présente dans le traité de Rome et le Marché commun, libre-échange, effets de domination qui en découlent, développement des inégalités… Nombreux sont les enjeux soulevés par le CERES qui, quarante ans plus tard, demeurent parmi les enjeux les plus actuels qui soient en France.

 

Archives du CERES / Cahier numéro 2 : Etats-Unis d’Europe, Europe des Etats-Unis ou Indépendance

Penser les rapports de forces internationaux pour penser le socialisme, telle est l’ambition intellectuelle du Centre d’Etudes, de Recherches et d’Education Socialistes, créé en 1966 autour de jeunes militants de la SFIO. Artisan du Congrès d’Epinay, le CERES a été le moteur idéologique du Parti Socialiste des années 1970. Après 1981, ses membres se sont attachés à penser les rapports de forces internationaux pour orienter la Gauche vers une République avancée et non vers la « parenthèse libérale ».

Le CERES de 1966 à 1986, c’est une méthode autant qu’une ambition pour la Gauche et pour la France. C’est aussi une conviction : Une France forte n’est pas contradictoire avec le progrès de l’Europe mais, en revanche, la crise de l’Europe est largement due à l’affaiblissement de la France.

A travers des textes écrits de 1967 à 1983, le CERES et ses animateurs exposent leurs analyses de la situation internationale. Textes des Cahiers du Cérès, de Frontière, Repères, NON ! ou Enjeu pour la République et le Socialisme, tous reflètent ce qui fut la pensée de ce courant original du Parti Socialiste au cours de ses deux décennies d’existence formelle.

 

Archives du CERES / Cahier numéro 3 : Conversion républicaine ou conversion libérale

En mai et juin 1981, les Français donnent au Parti Socialiste toutes les responsabilités. Présidence de la République, majorité absolue à l’Assemblée Nationale, le « Projet socialiste » de 1980 peut s’appliquer. Un puissant effort de modernisation du pays est possible. Ainsi, les nationalisations de 1982 s’entendent alors comme un élément clé d’une stratégie industrialiste faisant appel à l’effort accru dans le domaine de la recherche et de l’investissement. Bien vite, il apparait pourtant que, pour une partie de la gauche, la logique « industrialiste » doit s’éclipser devant la volonté présidentielle de maintenir « l’autonomie de gestion » des entreprises nationalisées. Jean-Pierre Chevènement, Ministre de l’Industrie, décide de démissionner le 22 mars 1983 pour protester contre le « tournant libéral » qui abandonne à la fois l’ambition industrielle et s’accroche au Système Monétaire Européen.

On le constate : une sortie (provisoire) du SME aurait donné des marges de manœuvre aux entreprises françaises. Face à ces abandons, le CERES a tenté de définir une alternative qui ne soit pas une « alternative d’échec ». La République, l’idée républicaine, apparaissent alors comme le socle possible de l’action d’une Gauche qui choisirait de ne pas flirter avec le néolibéralisme. Tel a été l’enjeu de la bataille menée de mai 1981 à la défaite législative de mars 1986.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :