« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La gauche face aux enjeux de l’extractivisme

Colloque le lundi 3 octobre 2016, de 9 h 30 à 17 h 30 à l’Assemblée nationale
Feedback

Un secret bien gardé

Par Ignacio Ramonet  |  29 avril 2010     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Article publié sur le de l’Humanité

Les révélations apportées par l’Humanité lundi dernier sont fort significatives : les dix patrons les mieux payés du CAC 40 ont perçu, en 2009, année de grande dépression économique, une rémunération annuelle cumulée de 34 millions d’euros... Soit, un salaire mensuel moyen de 280 000 euros (à comparer avec celui des smicards : 1 345 euros...). Alors que 13% de la population, soit un peu plus de huit millions de Français, vivent sous le seuil de pauvreté.

Encore plus scandaleux : au sein de l’Union européenne, en plein désastre économique, les profits des dix principales banques dépassaient l’an dernier les 50 milliards d’euros...

Comment est-ce possible ? Voici le secret d’un tel miracle : dès l’explosion de la crise bancaire, à l’automne 2008, les Etats, via leurs banques centrales, ont prêté massivement, à des taux d’intérêt très faibles, aux banques privées en difficulté pour les sauver de la faillite. Celles-ci ont utilisé ces masses d’argent bon marché pour prêter à leur tour - à des taux beaucoup plus élevés -, aux familles, aux entreprises, aux spéculateurs... et aux Etats eux-mêmes. Réalisant donc des profits exceptionnels.

Conséquence : plusieurs Etats - la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Espagne... - se retrouvent maintenant très lourdement endettés, affaiblis et furieusement attaqués par des ruffians financiers (banques, fonds de pensions, spéculateurs, etc.) largement responsables de la crise de 2008... Et que les Etats avaient sauvé de la banqueroute ! Des Etats contraints d’imposer aujourd’hui des plans d’austérité drastiques et brutaux à leurs citoyens pour satisfaire les exigences des spéculateurs. Ce qui révolte des millions de salariés européens.
Ainsi, dans nos sociétés où la cohésion sociale vole en éclats, les riches continuent de s’enrichir pendant que le nombre de chômeurs et de précaires explose. Combien de temps les citoyens supporteront-ils un tel scandale ?





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :