Initiatives

Libertadors d’hier et d’aujourd’hui

Festival CulturAmérica 2010

dimanche 4 avril 2010   |   Jean Ortiz
Lecture .

Il pleut toujours sur les pauvres. Haiti n’est plus que décombres. La nature n’est pas seule responsable : les protections anti-sismiques, c’est trop cher pour les miséreux. Les catastrophes ne frappent pas de la même façon pays développés et Tiers-Monde. L’effort généreux de solidarité doit déboucher sur une véritable aide au développement, à des politiques publiques, loin des diktats du FMI et de la Banque mondiale. Et nul ne saurait aliéner, même sous couvert d’aide humanitaire, la souveraineté de cette petite île. L’insurrection des esclaves noirs d’Haïti, à la fin du XVIIIème siècle, permit l’indépendance du pays et la fin de l’esclavage.

Que reste-t-il aujourd’hui de cet « infâme esclavage » que Simón BOLÍVAR déposait symboliquement devant le Congrès constituant de Bolivie, le 25 mai 1826 ? Les jougs d’aujourd’hui. Un monde violemment inégalitaire, l’aliénation croissante, la mal vie du plus grand nombre. Un milliard d’affamés et des souffrances infinies.

Simón BOLÍVAR, le Libérateur, le visionnaire, combattit l’exploitation coloniale et l’absolutisme. Hanté jusqu’à son dernier souffle par le projet d’une Amérique latine libre, unie, égalitaire. Deux cents ans après « les Indépendances », elle bouillonne d’élans émancipateurs, vers une Seconde Indépendance, pleine et vraie. L’arrière-cour de jadis échappe de plus en plus à ses anciens maîtres. Le continent se dote de structures autonomes d’intégration et de coopération. La « bushiste » Zone de Libre-échange des Amériques a fait flop ! Quoi de plus normal que le président Barak OBAMA ait promis une « nouvelle politique latino-américaine » ! Morte à peine proclamée. Les illusions auront duré ce que durent les roses... Barak OBAMA a provoqué une crise régionale en installant sept inquiétantes bases militaires en Colombie ; il maintient le blocus contre Cuba ainsi que le bagne et la base de Guantanamo ; il s’est finalement rallié aux putschistes du Honduras et à leur mascarade électorale, etc.

De Caracas à Asunción, de La Paz à Montevideo, les luttes populaires, systématiquement diabolisées par les élites et les médias occidentaux, bousculent l’hégémonisme des Etats-Unis et modifient le paysage politique. Barak OBAMA rame, contraint d’adapter le discours. Mais sous la paille des mots et le sourire avenant, les objectifs demeurent inchangés : garantir la domination et les intérêts de Washington, rétablir le vieux leadership impérial. L’empire reste l’empire, le dollar reste le dollar... et bien des murs à abattre. « Tout ce qui divise les hommes, tout ce qui les spécifie, les isole ou les parque, est un péché contre l’humanité » (Le Libertador José MARTI).



Jean Ortiz

Universitaire. Président du Festival CulturAmérica. Responsable de l’édition de Rouges. Maquis de France et d’Espagne. Les guerilleros, aux éditions Atlantica, Biarritz, 2006.


Partagez cet article



Articles les + lus



Soutenez-nous

Faites un don !



A lire également