« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La paix et la guerre dans les médias en Colombie

Conférence de Maurice Lemoine et Yezid Arteta, le 7 décembre à Paris
Feedback
Accueil du site  ›  Chroniques du mois  ›  L’ère post-nucléaire

L’ère post-nucléaire

Par Ignacio Ramonet  |  2 mai 2011     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Fukushima marque, en matière d’énergie atomique, la fin d’une illusion et le début de l’ère post-nucléaire. Classé désormais de niveau 7, soit le rang plus élevé dans l’échelle internationale des incidents nucléaires (INES), le désastre japonais est donc comparable à celui de Tchernobyl (survenu en Ukraine en 1986), en raison de ses "effets radioactifs considérables sur la santé des personnes et l’environnement".

Le séisme de magnitude 9 et le formidable tsunami qui, le 11 mars dernier, ont frappé avec une brutalité inédite le nord-est du Japon et provoqué la catastrophe actuelle de Fukushima, ont brisé les certitudes des défenseurs de l’énergie atomique civile.

Curieusement, l’industrie nucléaire vivait peut-être la meilleure époque de son histoire. Des dizaines de constructions de centrales étaient prévues dans un grand nombre de pays. Et cela, essentiellement, pour deux raisons. D’abord, parce que la perspective de l’épuisement du pétrole vers la fin du siècle actuel, ainsi que la croissance exponentielle de la demande énergétique de la part des "géants émergents" (Chine, Inde, Brésil) en faisaient l’énergie de substitution par excellence [1]. Ensuite, parce que la prise de conscience collective face aux dangers du changement climatique causé par les gaz à effet de serre, conduisait paradoxalement à préférer aussi l’énergie nucléaire estimée "propre", car non productrice de CO2.

A ces deux arguments récents, s’ajoutaient les prétextes habituels : celui de la souveraineté énergétique et de la moindre dépendance à l’égard des pays exportateurs d’hydrocarbures ; le faible coût de l’électricité ainsi produite ; et - même si cela semble insolite dans le contexte actuel - celui de la sécurité, au prétexte que les 441 centrales nucléaires du monde (dont la moitié sont situées en Europe occidentale) n’ont connu, au cours du dernier demi siècle, que trois accidents graves [2]...

Tous ces arguments - pas forcément absurdes - ont volé en éclats devant la dimension exceptionnelle du désastre de Fukushima. La nouvelle panique, de portée mondiale, qu’a fait naître ce cataclysme repose sur plusieurs constatations. En premier lieu, et contrairement à celui de Tchernobyl - attribué en partie, pour des raisons idéologiques, à la vétusté d’une technologie soviétique vilipendée - cet accident a eu lieu au sein même d’un des centres hypertechnologiques les plus avancés du monde, dans un pays où on imagine de surcroît - le Japon ayant été, en 1945, l’unique nation victime de l’enfer atomique militaire - que ses autorités et ses techniciens ont pris toutes les précautions possibles pour éviter un désastre nucléaire civil. Par conséquent, si l’Etat le plus apte et le plus vigilant n’a pas réussi à éviter la catastrophe, est-il raisonnable que les autres pays continuent de jouer avec le feu atomique ?

En deuxième lieu, les conséquences temporelles et spatiales du désastre de Fukushima atterrent. A cause de la trop forte radioactivité, les aires qui entourent la centrale demeureront inhabitées durant des millénaires. Les zones un peu plus éloignées, pendant des siècles. Des millions de personnes seront définitivement déplacées vers des territoires moins contaminés. Elles devront abandonner pour toujours leurs propriétés et leurs exploitations industrielles, agricoles ou de pêche. Au-delà de la région-martyr proprement dite, les effets radioactifs se feront sentir sur la santé de dizaines de millions de Japonais. Et sans doute aussi sur celle de nombreux voisins, Coréens, Russes, Chinois... Sans exclure d’autres habitants de l’hémisphère boréal [3]. Ce qui confirme qu’un accident nucléaire n’est jamais local, il est toujours planétaire.

En troisième lieu, Fukushima a démontré que la question de la soi-disant "souveraineté énergétique" est très relative. Car la production d’énergie nucléaire suppose une autre sujétion : la "dépendance technologique". Malgré son énorme avance technique, le Japon lui-même a été contraint de recourir à des experts américains, français, russes et coréens (outre les spécialistes de l’Agence internationale de l’énergie atomique) pour tenter de reprendre le contrôle des réacteurs accidentés. Par ailleurs, les ressources de la planète en uranium [4] sont extrêmement limitées. On calcule que, au rythme d’exploitation actuel, les réserves mondiales de ce minerai seront épuisées dans 80 ans... Soit en même temps que le pétrole...

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore (l’électricité nucléaire n’est pas moins chère), les défenseurs de l’option nucléaire doivent maintenant admettre que Fukushima a modifié radicalement l’énoncé du problème énergétique. Et que désormais quatre impératifs s’imposent : cesser de construire de nouvelles centrales ; démanteler celles qui existent dans un délai maximum de trente ans ; s’imposer une frugalité extrême dans la consommation d’énergie ; et miser à fond sur les énergies renouvelables. Seulement ainsi on parviendra, peut-être, à sauver notre planète. Et l’humanité.

 

tag Mots-clés : 

Notes

[1] Avant l’accident de Fukushima, on estimait que le nombre de centrales nucléaires dans le monde devait augmenter de 60% d’ici à 2030. La Chine, par exemple, possède actuellement 13 centrales atomiques en activité (qui fournissent à peine 1,8% de l’électricité du pays) ; en janvier dernier, Pékin a décidé de construire, entre 2011 et 2015, 34 nouvelles centrales, soit une tous les deux mois...

[2] Three Mile Island, Etats-Unis, en 1979 ; Tchernobyl, Union soviétique, en 1986 ; et Fukushima, Japon, en 2011.

[3] Des particules radioactives provenant de Fukushima sont tombées sur l’Europe occidentale quelques jours après l’accident, et même si les autorités ont affirmé qu’elles "ne constituaient aucun danger pour la santé", plusieurs experts ont mis en garde : ces particules s’étant accumulées sur les légumes à feuilles larges comme les salades, la consommation de celles-ci pouvait constituer un risque.

[4] Un réacteur nucléaire n’est qu’un système à chauffer de l’eau. Pour cela, on utilise la fission de l’atome d’uranium 235 qui, en se brisant au moyen de la "désintégration nucléaire", produit une énorme libération d’énergie thermique et chauffe l’eau. Cette chaleur est ensuite transformée en énergie électrique. Il faut savoir que 156 tonnes de roche apportent une seule tonne de minerai d’uranium dont on obtient au final un seul kilo d’uranium pur... De ce kilo, à peine 0,7%, soit 7 grammes, sont de l’U235. Il faut donc 156 tonnes de roches pour 7 grammes de combustible ! Lire, Eduard Rodríguez Farré et Salvador López Arnal, Casi todo lo que usted desea saber sobre los efectos de la energía nuclear en la salud y en medio ambiente, El Viejo Topo, Barcelone, 2008 ; et Paco Puche "Adios a la energía nuclear", Rebelión (www.rebelion.org), 18 avril 2011.





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :