« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La gauche face aux enjeux de l’extractivisme

Colloque le lundi 3 octobre 2016, de 9 h 30 à 17 h 30 à l’Assemblée nationale
Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  L’insurrection en Égypte : Sur le mouvement populaire égyptien

L’insurrection en Égypte :
Sur le mouvement populaire égyptien

Par Samir Amin  |  7 février 2011     →    Version imprimable de cet article Imprimer

L’Égypte détient un rôle essentiel dans le plan américain pour le contrôle de la planète. Washington n’acceptera aucune tentative de l’Égypte de s’éloigner de la soumission totale qu’elle démontre à l’égard des États-Unis. D’autant plus que cette soumission est encouragée par Israël, dans le but de coloniser ce qui reste de la Palestine. C’est là l’unique explication à la « participation » de Washington à l’organisation d’une « transition en douceur ». C’est pourquoi les États-Unis soutiennent que Moubarak devrait démissionner. C’est le nouveau vice-président, Omar Souleiman, à la tête des services de renseignements de l’armée, qui remplacerait le général Moubarak. L’armée a pris soin de ne pas prendre part à la répression afin de préserver son image.

C’est là qu’intervient El Baradei. Il est encore toujours plus célèbre à l’étranger qu’en Égypte même, mais cela pourrait très vite changer. C’est un « libéral », n’ayant aucune autre vision de la manière de gérer l’économie que celle qui est actuellement d’application, et ne comprend pas que c’est justement cette gestion économique qui est à l’origine du ravage social. Tout ce qu’il a de démocrate réside dans deux choses : le souhait de mettre en place de « vraies élections » et de faire respecter la loi (c’est-à-dire mettre un terme aux arrestations et aux tortures, etc.).

Il n’est pas impossible qu’il joue un rôle dans la transition. Cependant, ni l’armée ni les services de renseignements ne vont abandonner leur position prépondérante dans la société. Est-ce que El Baradei sera en mesure de l’accepter ?

Dans le cas d’une « réussite » et de la mise en place d’ « élections », les Frères musulmans seront la fraction principale au Parlement. Les États-Unis encouragent ce cas de figure et ont, d’ailleurs, qualifié les Frères musulmans de « modérés ». C’est normal puisque les Frères musulmans acceptent la soumission à la stratégie américaine et laissent Israël libre de continuer à envahir la Palestine. Les Frères musulmans sont également en faveur du système de « marché » actuel, qui dépend totalement de l’extérieur. En réalité, ils sont également en faveur de la suprématie de la classe bourgeoise « compradore » au pouvoir et se sont opposés aux grèves de la classe ouvrière et à la lutte des paysans pour préserver la propriété de leurs terres.

Le plan des États-Unis pour l’Égypte est très semblable au modèle pakistanais : mettre en place un pouvoir qui combine « islam politique » et services de renseignements de l’armée. Les Frères musulmans pourraient compenser leur alignement à une telle politique en n’étant justement « pas modérés » dans leur attitude vis-à-vis des coptes (minorité chrétienne). Un tel système peut-il réellement être qualifié de « démocratique ? »

Le mouvement actuel regroupe des jeunes de la ville, essentiellement des gens possédant un diplôme, mais ne trouvant aucun travail, soutenus par des personnes de la classe moyenne, des démocrates. Le nouveau régime pourrait peut-être faire des concessions - engager davantage au sein de l’État- mais pas beaucoup plus.

Il est clair que les choses pourraient changer si la classe ouvrière et le mouvement paysan montaient au pouvoir, mais il semble que ce ne soit pas à l’ordre du jour. Bien évidemment, aussi longtemps que le système sera géré en adéquation avec le « jeu de la mondialisation », aucun des problèmes soulevés par le mouvement ne sera résolu.






APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :