« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

APRES LA DESTITUTION DE DILMA ROUSSEFF

Brésil brisé, qu’adviendra-t-il ?

Feedback
Accueil du site  ›  Chroniques du mois  ›  La compétitivité, déclinaison néolibérale du mythe de Sisyphe

La compétitivité, déclinaison néolibérale du mythe de Sisyphe

Par Bernard Cassen  |  31 août 2013     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Cet automne, en France et sans doute dans d’autres pays, la commémoration du centenaire de la naissance d’Albert Camus, prix Nobel de littérature de 1957, va donner lieu à une abondante production éditoriale. Elle témoignera en particulier de l’actualité du questionnement qui traverse toute son œuvre, et que résume le titre de son livre paru en 1942 : Le Mythe de Sisyphe. Essai sur l’absurde.

Si on lit ou relit ce texte aujourd’hui, mais à travers le prisme d’un environnement où les décideurs sont beaucoup plus friands de notes de conjoncture financière que de travaux philosophiques, on ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec les mythes – en quelque sorte parallèles à celui de Sisyphe – sur lesquels le système néolibéral fonctionne idéologiquement. Les plus présents d’entre eux dans le débat public ont nom « marché », « croissance » et « compétitivité ». L’absurdité de l’invocation de cette dernière notion, pour ne parler ici que d’elle, n’a en effet rien à envier à celle des efforts du héros de la mythologie grecque condamné par les dieux, et pour l’éternité, à hisser au flanc d’une montagne un rocher qui décroche juste avant que le sommet soit atteint et dégringole vers la vallée.

Le discours sur la compétitivité, présentée à Berlin et à Bruxelles comme la solution à la crise que connaissent presque tous les pays de l’Union européenne (UE), repose sur une mystification intellectuelle : une entreprise n’est pas compétitive en elle-même ; elle l’est (ou pas) par rapport à une autre. En d’autres termes, la compétitivité ne consiste pas à atteindre un certain niveau d’excellence, mais à maintenir ou conquérir par tous les moyens une avance sur ses concurrents. C’est toute la différence entre l’absolu et le relatif. Par définition, les entreprises ne peuvent pas en même temps être toutes compétitives par rapport à toutes les autres.

Il ne s’agit pas ici de préconiser la fin de toute concurrence, mais de la réguler en fonction du double objectif de justice sociale et d’exigence écologique, et cela aux échelons national, européen et mondial. Les outils – politique monétaire, fiscalité, protectionnisme altruiste [1], démocratisation des institutions politiques, etc. – ne manquent pas. Il suffit de vouloir s’en doter et de les utiliser. Ce n’est pas le cas de l’UE qui a opté pour une panoplie de mesures pudiquement baptisées « réformes structurelles » et d’inspiration radicalement opposée : course-poursuite entre Etats dans la déflation salariale, dans le démantèlement de la protection sociale et du droit du travail, et dans la paupérisation des services publics promis à la privatisation.

Un mythe doit pouvoir s’incarner, et c’est le rôle dévolu à l’Allemagne : encore « homme malade de l’Europe » il y a quinze ans, elle serait devenue, grâce aux lois Hartz, la championne de la compétitivité. Et tant pis si cette performance repose sur l’absence de salaire minimum, la prolifération des « mini-jobs » sans couverture sociale ni droits à la retraite, et sur l’existence de 8 millions de travailleurs pauvres.

Ce sont deux variantes de ce modèle – celles de l’Irlande et de la Lettonie – que le commissaire européen Olli Rehn vient de proposer à l’Espagne en demandant au gouvernement Rajoy de baisser tous les salaires de 10 %. Il s’est bien gardé de signaler que, dans ces deux pays, les « réformes structurelles » ont conduit à une destruction massive d’emplois à plein temps : 20 % en Lettonie, un tiers en Irlande [2]. L’important c’est d’assurer la survie du mythe…

 

Toutes les versions de cet article : [Italien]

 





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :