« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

La gauche face aux enjeux de l’extractivisme

Colloque le lundi 3 octobre 2016, de 9 h 30 à 17 h 30 à l’Assemblée nationale
Feedback
Accueil du site  ›  Chroniques du mois  ›  Les paradoxes de la victoire du Brexit

Les paradoxes de la victoire du Brexit

Par Bernard Cassen  |  4 août 2016     →    Version imprimable de cet article Imprimer

A la veille du référendum britannique du 23 juin, les adversaires du Brexit affirmaient que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) représenterait un saut dans l’inconnu. Les partisans de cette sortie, eux, ne s’étaient même pas souciés du « jour d’après », comme on l’a vu dans les trois semaines loufoques qui ont conduit Theresa May au 10 Downing Street en remplacement de David Cameron. Les deux personnages clés de la campagne pour le Brexit – Nigel Farage, pour le parti europhobe Ukip, et Boris Johnson, pour les eurosceptiques du Parti conservateur – avaient refusé d’assumer leur victoire : le premier en se retirant, mission accomplie dit-il, de la vie politique ; le second en renonçant à briguer le poste de premier ministre. Très habilement, Theresa May le nomma à la tête du Foreign Office pour l’obliger à s’impliquer personnellement dans les négociations à venir entre Londres et les 27 autres membres de l’UE.

Faute de précédent de la sortie d’un Etat de l’UE, telle que prévue dans l’article 50 du traité de Lisbonne, nul ne sait comment ces négociations vont être menées et avec quels résultats. Pendant au moins deux ans (délai fixé par cet article), elles vont donc constituer un objet d’étude à ciel ouvert pour les partis, les mouvements – et peut-être un jour des gouvernements – qui aspirent à réformer, refonder ou quitter l’UE. Mais aussi pour ceux qui envisagent seulement des modifications cosmétiques au statu quo.

Deux leçons peuvent d’ores et déjà être tirées du succès du Brexit, et elles ont une portée qui dépasse largement les frontières du Royaume-Uni. La première vaut pour les partisans du « Remain » et, d’une manière générale, pour la plupart des gouvernements et partis de gouvernement européens : leurs arguments de caractère apocalyptique pour mettre en garde les électeurs contre les désastres supposés qu’entraînerait la sortie de l’UE ne font pas majoritairement recette. Le simple fait que ces gouvernements aient eu recours à une rhétorique presque uniquement négative – et souvent aussi mensongère que celle du camp du « Leave » – montre leur incapacité à citer suffisamment de bonnes raisons de défendre l’UE. Que pèse en effet le succès – reconnu par tous – du programme d’échange d’étudiants Erasmus face à des politiques décidées ou cautionnées au niveau européen à l’instigation de la Commission : mesures d’austérité, chantage aux délocalisations, bas salaires, déserts industriels, démantèlement des services publics, concurrence sauvage entre territoires, etc. Sans parler de l’absence d’une politique commune des flux migratoires pourtant urgente.

La seconde leçon vaut pour les partisans d’une forme ou une autre de « Leave » ou d’une refondation de l’UE. Comme on l’a vu au lendemain du 23 juin, un succès électoral peut provoquer un « effet boomerang » s’il ne s’inscrit pas dans un plan B soigneusement préparé. L’amateurisme et la débandade des leaders du Brexit ont conduit une partie de ses partisans à regretter ensuite leur vote. On aboutit ainsi à une impasse : une majorité d’électeurs désapprouve les politiques (et pour certains d’entre eux l’existence même) de l’UE et de l’euro, mais une autre majorité désapprouve ceux qui les combattent sans formuler des alternatives crédibles ! La voie est donc très étroite pour ceux qui croient qu’une autre Europe – solidaire et progressiste – n’est pas impossible. C’est pourquoi, même si elle est déclenchée par une décision nationale souveraine, toute mise en place d’un plan B peut difficilement faire l’économie d’alliances avec une masse critique de forces d’autres pays européens partageant les mêmes objectifs. Vaste chantier !

 

Illustration : Brexit, the painting, Shakespearesmonkey





APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :