« Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus fraternel et solidaire, nous devons maintenir vivante la mémoire de nos luttes »

Gunter Holzmann

Feedback
Accueil du site  ›  Actualités  ›  Vingt-trois journalistes assassinés au Honduras en deux ans

UN TÉMOIGNAGE D’ALEXANDER MAIN, DU CENTER FOR ECONOMIC AND POLICY RESEARCH DE WASHINGTON

Vingt-trois journalistes assassinés au Honduras en deux ans

Par Bernard Cassen  |  29 juillet 2012     →    Version imprimable de cet article Imprimer

Bien qu’elles soient loin d’être exemptes de biais idéologiques, les organisations de défense des droits de l’homme et de la liberté d’expression font en général leur travail. L’important est ce qu’il advient de leurs rapports. Qu’en font les grands médias sans lesquels ces documents n’ont aucune chance d’exercer une pression sur les Etats « délinquants » ?

En Amérique latine, le cas du Honduras est exemplaire à cet égard. Depuis l’élection à la présidence, en janvier 2010, de Porfirio Lobo, organisée par les putschistes qui avaient renversé, en juin 2009, le président Manuel Zelaya, 23 journalistes ont été assassinés dans ce pays de 6,5 millions d’habitants (soit dix fois moins que la France). Des dizaines d’autres ont été victimes de violences, ont reçu des menaces de mort ou se sont trouvés dans l’impossibilité de faire leur travail. 

C’est ce que rappelle et documente le témoignage d’Alexander Main (document pdf ci-dessous) présenté à la Commission Tom Lantos des droits de l’homme du Congrès des Etats-Unis, qui porte le nom de son fondateur, le Représentant du 12ème district de Californie Tom Lantos, décédé en 2008.

Faisons un test médiatique. Le Monde du 18 juillet dernier a consacré un article sur 4 colonnes au rapport de Human Rights Watch (HRW) sur le Venezuela, qui dénonce ce qu’il considère comme « une justice aux ordres du président et des médias contraints à l’autocensure ». Le même HRW, Amnesty International, Reporters sans frontières, l’Organisation des Etats américains (OAS) et bien d’autres ont mis en lumière la situation du Honduras où des journalistes risquent tous les jours leur vie en faisant leur métier. Certes on objectera que le gouvernement de Porfirio Lobo est un « ami » des Etats-Unis, ce qui n’est évidemment pas le cas de Hugo Chavez. Alors, pour le petit Etat centraméricain, bientôt une simple « brève » ou 4 colonnes dans le quotidien de référence français ?

PDF - 166.5 ko
Testimony of Alexander Main (PDF)

 

 

 

 

 

 

tag Mots-clés : 




APPEL AUX DONS
Vous pouvez aider au développement du site de Mémoire des luttes par une contribution, ponctuelle ou régulière, d'un montant à votre convenance.

En savoir plus

Trois formules sont à votre disposition :

- Un don en ligne sécurisé via PayPal ou CB

- Un don par chèque adressé à Mémoire des luttes
(Soutien à Mémoire des luttes)
3, avenue Stephen Pichon
75013 Paris

- Un don par virement bancaire au compte de l'association (Code banque : 10107 - Code guichet : 00223 - Numéro de compte : 00518035437 - Clé : 52)

Mémoire des luttes s'engage à informer régulièrement les visiteurs du site sur les montants reçus, ainsi qu'à leur fournir une information transparente sur l'utilisation de ces fonds.

L'équipe de rédaction du site.

  →  Pour en savoir encore plus



ARTICLES





Les chroniqueurs



Les invités de MDL



BRICS



Surveillance de masse



Rencontre mondiale des mouvements populaires



Hugo Chávez


Suivez-nous  →    Flux RSS

   Facebook       Twitter
Administration  →
|
À PROPOS
Site réalisé avec SPIP
Conception :